Rapport 3 Exposition de soi

Rapport 3 ; Réflexion sur l’utilité de l’exposition de soi “artistique” à l’époque des médias mobiles

Dans nos sociétés actuelles où ce qu’on pense “privé” ou “intime” est de plus en plus médiatisé et notamment dans le domaine de l’art, l’exposition de soi devient un choix important de l’artiste. J’aimerais alors présenter Sophie Calle qui nous fait réfléchir sur le sujet de l’exposition de soi.

Sophie Calle est une artiste française née à Paris en 1953. Dans ses oeuvres elle raconte sa vie intime à travers plusieurs supports comme la photographie, le film, le texte, l’installation, la performance…

D’après Maxime Lachaud “L’art de Sophie Calle est difficile à décrire. Certains parlent de happenings, d’autres disent que c’est un art de la narration, mais il s’agit avant tout d’un art pour s’aider à vivre, aux vertus thérapeutiques, et mené par des règles du jeux où l’artiste est à la fois maître et objet. Relevant du domaine de l’expérience, cette confusion d’identités nous parle d’absence et transforme le sentiment en rituel anthropologique”.

Pour Sophie Calle, sa vie intime, le quotidien et le corps font l’objet de ses oeuvres. Les actions se révèlent à d’autres et tout acte de produit intentionnellement deviennent une oeuvre. L’artiste a essayé que son être transforme le sujet en objet afin d’être observatrice elle-même. Cela nous donne l’impression qu’elle devienne comme un personnage imaginaire ou un étranger dans ses oeuvres même si elle parle d’elle-même. C’est-à-dire elle crée un monde de fiction. Il n’y a aucune preuve pour soutenir que son histoire est vraie, pourtant elle tient le récit autobiographique de ses nombreuses ouvrages. Elle n’existe donc qu’avec l’oeuvre.

En 1993, l’écrivain américain Paul Auster publie un livre “Léviathan”  où il met en scène un personnage d’artiste fantasque Maria inspirée de Sophie Calle. Elle est attirée par ce qu’elle est apparu comme un personnage fictif dans le roman (idée de double) et dans son oeuvre Doubles-jeux elle décide de jouer en mélangeant la réalité et la fiction avec Paul Auster. Calle a demandé à Paul Auster de créer un personnage qu’elle va imiter dans sa vie quotidienne.

doubles jeux

Cependant, ici, distinguer la vérité (la réalité) et la fiction n’a pas d’importance. Les enjeux du travail de Sophie Calle est à s’amuser comme un jeu étant flou la frontière entre la vérité et la fiction.

Dans ses nombreux oeuvres, elle prend sa propre vie comme sujet de l’art et les choses quotidiennes comme scénario fictif. L’art de Sophie Calle n’objective pas la vie, pourtant c’est une façon de regarder sa vie de loin.

Posted in exposition de soi 2017 rapport 3, Uncategorized | Leave a comment

Autofiction (Création de romans rapport 3)

J’ouvre mes yeux. Devant moi, à travers la vitre, j’aperçois deux yeux qui m’observent. Non, ce ne sont pas des yeux, ce sont des lunettes. Rondes, propres…Parfaites. Et un sourire. Un sourire qui ne seulement fait peur mais qui est aussi rempli d’émotions. Rage, haine, douleur, excitation…

« Où suis-je ? De l’eau… Une piscine ? Non, pas possible. Je suis à l’intérieur d’un cylindre de verre mais je n’arrive pas à voir ce qui se trouve à l’extérieur. Je n’arrive pas à bouger mon corps, même pas un doigt. Seulement mes yeux répondent. Putain, qu’est-ce qui m’arrive !? ».

Je baisse mon regard. Il me faut quelques secondes pour comprendre ce que je vois… Je suis nue. Des câbles couvrent une énorme partie de mon corps. Des liquides entrent et sortent. Ce n’est pas du sang, c’est un liquide plus dense, d’une couleur violette très étrange. Et c’est là que je réalise…Mes bras, mes jambes… pourquoi sont-ils aussi petits ? J’ai pourtant 17 ans !

Je suis enfermée dans le corps d’une petite… ce n’est pas une fille quiconque, non, c’est mon corps d’il y a 10 ans. L’horreur.

J’essaie de toutes mes forces de bouger mais je n’y arrive pas. En fait je n’y arrive jamais.

J’ai compris.

« Qu’est-ce que tu vas me faire cette fois, espèce d’enfoiré !? » J’arrive à crier. C’est une première.

Son vieux sourire se transforme lentement en une bouche de concentration. Il est excité, mais maintenant l’image qu’il projeté est celui d’un neurochirurgien qui va réaliser l’opération la plus compliquée de sa vie.

Je le perds de vue mais pas pendant longtemps. Il revient avec une sorte de cuillère â glace en métal complètement désinfecté. Elle brille plus que tout dans cette chambre noire.

Des souvenirs me reviennent. J’ai déjà été dans cette pièce. Dans ce même container cylindrique en verre. J’ai déjà vu ce sourire, c’est toujours le même sourire. Ces lunettes aussi. Ça me revient. Et c’est là que la peur me domine. Innumérables fois j’ai été victime de ce monstre. Je ne suis qu’un rat de laboratoire. Il m’enlève des parts de mon corps. La dernière fois c’était ma main droite et la fois d’avant, mes oreilles. Je ne comprends pas !

« Qu’est-ce que tu veux de moi !? Je te jure, si tu me touches, tu meurs ! » Je cris, mais c’est que la peur qui parle.

Une voix profonde, lente, et presque charmante sort de sa bouche :

« Salut ma belle, as-tu bien dormi cette nuit ? Un jour tu comprendras, cette souffrance est vitale pour nous deux. Ne m’en veux pas mais…il faut que je te le retire… »

Je n’arrive pas à comprendre comment il le fait, mais ses mains transpercent la vitre. Peut-être qu’il n’y a pas de vitre du tout, je n’en sais rien et je m’en fous… Lente et précisément ses mains portent cette espèce de cuillère vers moi…

« Pas mon œil, pas mon œil, PITIÉ !!!

AAAAAAAAAARRRRGGGHHHHH !!!!!!

A ce moment-là, je me lève d’un sursaut de mon lit et je tombe comme une merde. Je suis trempée de sueur et je tremble.

Mon dieu, que je déteste ces rêves éveillés qui hantent mes nuits. Ils deviennent de plus en plus réels et surtout, de plus en plus récurrents…

TO BE CONTINUED…

Ceci fait partie d’une idée pour une BD que j’aimerais écrire. J’espère que c’est de votre gout !

 

Huan WILCHES

16701323

Posted in création des romans 2017 rapport 3 | Leave a comment

Sont elles bonnes ou mauvaises les nouvelles technologies?

Les nouvelles technologies sont apparues depuis pas très longtemps, d’où le nom de « nouvelles technologies », et pourtant elles ont réussi à changer complètement notre façon de voir le monde, d’agir et de se montrer au monde. Nous pouvons dire que maintenant la technologie fait partie de nous en tant qu’humains. Nous ne pourrions pas vivre sans elle mais ça veut aussi dire qu’elle n’existera pas sans nous. Logique.

Nous avons avant questionné la qualité narcissique des nouveaux médias, de l’exposition de soi-même, et comment cette façon de nous exposer nous-mêmes nous donne une idée de singularité, de reconnaissance qui est, à la base, très intéressant et presque bonne, car elle nous permet de nous montrer d’une façon réelle. Sauf que parfois, ou plutôt presque tout le temps, nous passons de vouloir montrer ce que nous sommes à montrer que les bons côtés de la vie. Ça devient quelque chose de plus que simplement de la simple présentation ou représentation de chacun. Ça devient du mensonge, ou bien une fausse réalité.

Cela crée au même temps une sensation de banalité dans la société. Il est presque nécessaire pour pouvoir s’intégrer dans notre société de publier des photos du voyage en chine, ou la plage, ou de ce que nous mangeons et c’est ça qui fait apparaitre une sensation de narcissisme dans la société actuel.

Nous profitons de ces moyens, on leur donne de l’importance. Pour moi, cela crée un paradoxe. C’est extrêmement important de se montrer, de dire ce qu’on fait, où on va et au même temps, il y a tellement de gens qui le font que nous passons de côté de la plupart de choses car nous avons vu des milliers de photos, vidéos, commentaires, etc. Ce qui n’était pas important, l’est devenu mais en devenant quelque chose à laquelle toute monde à accès, c’est devenu banal, c’est devenu pas important.

Un autre problème que je trouve qui génère les nouvelles technologies, surtout les réseaux sociaux, est que, si une personne n’existe dans les réseaux sociaux, cette personne n’existe pas alors que si, elle a un corps, un esprit, elle est physiquement sur terre. Elle respire, elle mange, elle travaille, elle dort, et pourtant, si elle ne le dit pas, si elle ne le montre pas aux autres, c’est comme si cette personne n’était qu’un fantôme. L’exemple le plus clair, à mon avis, est celui des anniversaires. Avant l’arrivée de facebook, twitter, etc. nous connaissions les dates des proches, au moins nous faisions un effort. Moi personnellement je n’en fais aucun depuis que j’ai créé mon compte facebook. Je suis devenu paresseux et j’attends que facebook me dise « c’est l’anniversaire de ton meilleur ami aujourd’hui ! » et là, je me dis « ah oui, c’est vrai ! ». La vérité c’est que j’aurais oublié si facebook ne me l’avais pas dit. Et je parle de mon meilleur ami. Vous pouvez vous imaginer ce que ça fait avec des potes, ou des gens qu’on aime mais qui ne sont pas très proches (malheureusement)…

 

Cela dit, je ne pense pas que les nouvelles technologies soient quelque chose de mauvais. Elles nos rapprochent en nous séparant, oui, mais nous avons maintenant la possibilité de contacter des gens qui se retrouvent à l’autre bout du monde sans avoir besoin d’envoyer une lettre par la poste et attendre je ne sais même pas combien de temps. C’est peut-être pour ça que chaque individu devient moins important avec les réseaux sociaux. Avant, nous avions cinq, dix amis dont on connaissait leurs données (numéro de téléphone, adresse, etc.). Je me rappelle toujours du numéro de mon meilleur ami qui habite en Colombie par exemple alors que ça fait plus de cinq ans que nous n’avons pas parlé par téléphone. Tout ça pour dire que comme maintenant nous avons de plus en plus du contact avec d’autres, nous devenons remplaçables. Avant facebook j’avais cinq vrais amis et quelques connaissances. Maintenant j’ai deux ou trois et plus de trois cents connaissances (seulement sur facebook) plus je ne sais pas combien sur Instagram. Je me demande si c’est une bonne chose ou pas. Je pense que ce n’est pas mauvais, mais je me demande si c’est bon. Le temps le dira, mais dans tous les cas, nous avons déjà eu plusieurs révolutions des moyens de communication et jusqu’à présent nous nous sommes en sortis. Je crois que nous n’avons pas le contrôle mais nous avons la possibilité d’en profiter, cela nous fait grandir en tant que race humaine.

 

Huan WILCHES

16701323

Posted in exposition de soi 2017 rapport 3 | Leave a comment

Projet artistique Andrei Zhdamirov 15606919

Projet artistique

Pendant un mois j’ai pris des photos à une manière régulière,

Vue de ma fenêtre, lentille de 50mm, aperture ouverte au maximum.

Le but de projet est de créer un petit journal intime représenté sous une séquence photo et les couleurs transformées en moyenne.  Cette séquence montre une transformation colorimétrique du ciel et de la vue pendant un mois ;

Voici le résultat de ce projet.

1 1_1 2 2_2 3 3_3 4 4_4 5 5_5 6 6_6 7 7_7 8 8_8 9 9_9 10 10_10 11 11_11 12 12_12 13 13_13 14 14_14 15 15_15 16 16_16 17 17_17 18 18_18 19 19_19 20 20_20 21 21_21 22 22_22 23 23_23 24 24_24 25 25_25 26 26_26 27 27_27 28 28_28 29 29_29 30 30_30 31 31_31 32 32_32

Posted in Uncategorized | Leave a comment

“Exposition de soi” le rapport 3 Andrei Zhdamirov 15606919

“Exposition de soi” le rapport 3

Dans la société moderne la notion de la vie privée n’existe quasiment pas. Nous sommes toujours exposés aux caméras, microphones, enregistrement du texte (historique des recherches sur internet, historique des messages texto)

La société s’adapte au progrès rapide et constant des technologies. Quelques décennies avant nous ne pouvions pas imaginer ce genre de présence constante dans les médias et surtout l’importance de cette présence pour les gens publiques, dont les artistes font une grande partie.

Les premiers pas dans la direction de l’exposition de soi ont été faits après la révolution industrielle, ou la vie sociale des gens d’importance pouvait être visible par les moyens des médias (revues, journaux, magazines)

Avec l’évolution des médias nouveaux moyens sont apparus : la télévision, l’internet, les réseaux sociaux la big data.

La présence dans les nouveaux médias et sur internet devient indispensable pour la vie active dans la société moderne. De plus en plus le profil public devient important dans tous les domaines : recherche d’emploi, communication dans la famille ou entre groupes des amis, l’éducation en ligne.

Les artistes en tant que les personnalités publiques sont aussi concernées par ces changements. Les métiers d’art évoluent en même temps le progrès technologique. Comme tous les outils, ceux des nouveaux dispositifs possèdent de quelques avantages et désavantages importants.

Des désavantages posés par les nouveaux médias sont souvent par le thème de la globalité et de la rapidité de ces dispositifs.

Pour avoir une visibilité à l’époque moderne les jeunes artistes sont presque obligés de fournir une présence constante sur internet et sur les plateformes différentes : les réseaux sociaux, les sites professionnels, les plateformes créatives, les blogues etc. Cette présence occupe une partie importante de temps de l’artiste mais est aussi un outil important de marketing et de création d’une image de soi, de son brand.

Ce genre de visibilité, à cause de la régularité peut provoquer un stress et une crise de créativité. Les plateformes sociales pour les artistes demandent la création du contenu unique en forme régulière et constante pour avoir une visibilité importante dans ces médias.

Le profil d’artiste doit posséder d’une cohérence solide sur toutes les plateformes et tous les médias.

La globalité des médias pose aussi un problème de la concurrence. Les barrières géographiques et linguistiques s’effacent, ce qui crée une société professionnelle dense et concurrente. Pour succéder dans cette communauté il est nécessaire de trouver des nouvelles approches et posséder et être sensible aux changements de la société.

Par contre, les avantages de l’époque moderne sont aussi nombreux.

Avec le développement des médias la visibilité d’artiste est plus facile à achever, les plateformes web, les groupes professionnels et les réseaux sociaux permettent d’assurer la transition du message artistique la plus simple, rapide et immédiate.  Pour les artistes débutants ces outils permettent de créer une image forte de soi et d’avoir un renommé dans le milieu professionnel et social.

Facilité de trouver la cible pour transmettre le message est un autre facteur positif important. Avec le développement d’internet le contenu a grandi aussi, les moteurs de recherche sont plus performants, ce qui permet de trouver facilement l’audience sensible au message transmis. Cette possibilité de tri facile de cible rassure une efficacité de la communication artistique.

Avec l’apparition d’ordinateur les nouveaux outils de création émergent.  Le champ créatif s’élargit d’une façon importante. Le graphisme à l’aide d’un ordinateur propose un nouveau champ d’expérimentation artistique : peinture digitale, modélisation 3d, animation, écriture digitale, manipulation photo et autres. Tous ces outils servent non seulement à faciliter le processus artistique et transmission du message d’auteur mais aussi à créer les nouveaux métiers d’artiste.

Pour conclure, il paraît important de remarquer une importance croissante de l’exposition de soi à l’époque des médias mobiles, puisque cette exposition devient un moyen nécessaire pour avoir une présence dans le champ artistique, professionnel et social. La société évolue rapidement et les créatifs s’adaptent et évoluent avec elle. Le progrès technique influence non seulement les outils mais aussi notre façon à penser, créer et vivre. La rapidité des communications nécessite des messages immédiats et actuels, qui est réalisable par l’exposition de soi et par l’usage des nouveaux médias émergés.

Posted in exposition de soi 2017 rapport 3 | Leave a comment

Création des romans 2017 rapport 3 Andrei Zhdamirov

Création des romans 2017 rapport 3

Dans le cadre du cours je me suis intéressé au sujet de la nouvelle littérature et au développement du genre de roman. Progrès technologique des années dernières facilite énormément la création et la modification littéraire. Appariation de téléphone portable a poussé cette évolution encore plus loin : les SMS et les émoticônes font émerger une nouvelle forme d’écriture, limité en espace des caractères, en imposant des abréviations et les graphèmes.

Pour comprendre mieux ce phénomène nous devons analyser l’histoire des émoticônes et de langage SMS.

En ce qui concerne les émoticônes, ils existaient des expérimentés graphiques depuis le 17ème siècle : une des premières mentions d’un émoticône date de 1648, elle était perçue dans une édition du poème To Fortune, du poète anglais Robert Herrick, (smiling yet :) L’apparition des smileys modernes est lié avec le nom Fahlman, professeur à l’université Carnegie Mellon aux États-Unis, qui le 19 septembre 1982 a créé le symbole :-) Pour le but de ces symboles était de communiquer les messages drôles ou ironiques.

Ce langage graphique a évolué énormément depuis. Des nations différentes ont interprété les émoticônes de plusieurs façons : en Russie, par exemple, pour donner l’ampleur a l’émotion, les parenthèses se multiplient et peuvent être employé sans les deux points.

« J’ai reçu de très bonnes nouvelles))))) » ou bien « J’ai raté mon éxam =((((( »

Dans les pays asiatiques, surtout au Japon, le langage a pris un nom et une forme différente. Kaomoji est le langage iconique japonais qui permet la lecture horizontale (sans rotation de 180 degrés) voici sont quelques exemples :

(“)(-_-)(“) (*_*) (x_x) (-_-;) (T_T)

La dernière évolution graphique des émoticônes est d’origine japonaise mais elle a pris une énorme ampleur dans le monde entier –  c’est la langage iconique Emoji

Il est important aussi de mentionner le développement et le changement de la langue avec l’arrivé des SMS.

La naissance de ce langage peut être perçu déjà dans les salons de discussion de Minitel. Les abréviations portent les mêmes caractères et sont composés de la même façon.

En général l’abréviation du texte remonte au développement de l’écriture, mais dans le cadre de la communication moderne, rapide et populaire elle apparait dans les télégrammes ou les petites annonces, qui sont facturées à la lettre.

Il existe quelques caractéristiques qui sont propres au langage SMS

  • L’abréviation : les voyelles sont souvent écartées, certaines consonnes sont retirées aussi, tant que le texte en général reste lisible et compréhensible. (tkt, tt, pr)
  • La phonétique change aussi : les syllabes sont prononcées normalement pour constituer le mot originaire (koi, jamè, grav etc.)
  • Certains mots sont en forme de rebus typographique (2m1, bi1, koi 2 9)
  • Présence de la valeur épellative des lettres, des chiffres et des caractères (g – j’ai, c – c’est)
  • Remplacement des mots français par les mots anglais qui sont plus courts ( today au lieu de aujourd’hui)

Le langage SMS répondait originellement à la limitation à environ 160 caractères des messages SMS entre téléphones mobiles et qui était aussi limité à 140 symboles de Twitter

Ce progrès linguistique ainsi touché le domaine de la littérature. Le premier roman SMS était publié au Japon l’année 2003 par un homme qui s’est appelé Yoshi (Deep Love) le roman est devenu aussi populaire qu’il a été publié en papier et était transformé au format de film, série et manga. En 2008 la fondation Bouygues Telecom a organisé un concours littéraire qui portait le nom « Premier roman SMS »

Entretemps le langage Emoji évolue également, l’année 2010 premier roman Emoji est accepté par la Bibliothèque de Congrès des États-Unis. Le titre de cette œuvre est Emoji-Dick, le livre est une adaptation Emoji du roman de Herman Melville.

De plus en plus d’artistes et des écrivains travaillent avec les langages SMS. Une des œuvres les plus connues est celle de Brett Wright sous le titre de YOLO Juliette. Ce livre contient l’histoire classique de Shakespeare réécrite à l’aide du langage texto et Emoji. Ce développement linguistique permet aux auteurs et aux artistes de trouver des nouvelles pistes de travail, de créer une réflexion contemporaine dans le monde de la littérature post-post modèrne.

http://www.randomhousekids.com/books/detail/250730-yolo-juliet?isbn=9780553535396

https://en.wikipedia.org/wiki/Deep_Love

Emoticons_Puck_1881

Posted in création des romans 2017 rapport 3 | Leave a comment

Rapport 3 : Réflexion sur le danger de l’exposition de soi

L’exposition de soi est aujourd’hui très courante et s’est même amplifiée à l’heure du téléphone portable, des réseaux sociaux et surtout de la mode du selfie . Ce dernier est une nouvelle façon de créer son autoportrait ; aujourd’hui le monde de la photographie et des médias est rempli d’autoportraits qui sont la nouvelle façon de photographier le monde : le paysage , les monuments , tout ce qui nous entoure disparaît et devient le sujet secondaire de la photo . L’auteur de la photo passe ainsi au premier plan et devient le centre de ce qui est photographié. Cette exposition de soi paraît aujourd’hui être devenu primordiale , mais même si elle paraît anodine , elle peut présenter quelques dangers , comme le plagiat , mais aussi l’espionnage car toute notion de vie privée disparaît quand on exposé notre vie et notre corps aux yeux de tous . Un artiste a également dénoncé un autre danger qui peut apparaître : shahak Shapira réalise en 2016 une série de photos YOLOCAUST qui dénonce la mode du selfie qui peut des fois devenir tellement essentielle chez certaines personnes qu’elles en oublie ce qu’elles sont en train de photographier ; il se sert de selfies de touristes , qui vont sur des lieux de recueillement, de mémoire et de paix en souvenir de l’holocauste . Mais les touristes oublient où ils sont : l’exposition de soi passe avant le lieu qu’ils visitent . Son idée est donc très simple : il reconstitue le contexte historique des photos en replaçant les selfies d’aujourd’hui dans le décor des camps d’extermination. Aujourd’hui, on peut donc voir que l’exposition de soi à radicalement changé notre mode de fonctionnement face à ce qui nous entoure . Le premier réflexe est par exemple pour beaucoup de photographier sa nourriture pour poster la photo sur instagram plutôt que de manger directement, ou de se photographier avec un coucher de soleil au lieu de l’admirer. L’exposition de soi peut être une manière originale de montrer le monde , voir artistique comme le montrent des artistes comme Sophie calle dans doubles-jeux ou l’ oeuvre Café Little Boy de Jean-Luc Vilmouth par exemple , mais il faut faire attention à l’aspect très narcissique de la chose qui peut brouiller nos intentions et notre manière de voir et de vivre le monde .

Posted in exposition de soi 2017 rapport 3 | Leave a comment

Rapport 2: intervention Florian Gadenne

Suite à l’intervention de Florian Gadenne, nous avons besoin de choisir un objet, et choisir un objet pour écrire un texte, ou même quelques lignes, pour inventer une histoire aux objets du quotidien … Avec ma camarade Roxanne Gonnet, nous avons choisi la Bobine de fil, et voici ce que cela nous inspire …

18679238_1735650363128743_2005958603_n

Posted in exposition de soi 2017 rapport 2, Uncategorized | Leave a comment

Création littéraire et exposé Manon Giacone

Nous avons eu l’opportunité de rencontrer deux artistes très intéressants : Manon Giacone et Florian Gadenne. Ces deux artistes et leur travail nous a permis de voir  un autre visage de ce que nous appelons le passé, la mémoire. L’utilisation soit des photographies, ou des objets permettent aux spectateurs de plonger dans la vie de l’artiste pour essayer de comprendre des sentiments profonds et intenses.

Personnellement, j’ai beaucoup aimé le travail de Manon Giacone, c’est pour cela que j’ai décidé d’écrire sur son travail…

Manon Giacone est née au nord de la France en 1989, elle a étudié l’histoire de l’art, puis les arts numériques et finalement elle a suivi des études de photographie à l’université Paris 8. Elle a obtenu aussi un master en arts contemporains. Cette dernière période a permis à Manon de théoriser des points importants qui influencent son travail aujourd’hui.

Dans le travail de Manon nous pouvons remarquer qu’elle transmet des souvenirs, des moments que pour elle sont très importants. Nous voyons beaucoup de la vie quotidienne, des paysages et villes isolés tout en faisant ressortir les changements et l’empreinte memorielle que ces endroits ont. Manon essaie donc aussi de raconter une histoire, même si ce n’est pas la sienne, en mettant en avant aussi des sentiments tels que la solitude, l’individualisme, entre autres. Elle nous plonge dans des photographies fortes et très emotionelles, inspirée par des artistes tels que Hideka tonomura ou Michael Wolf.

 

Huan WILCHES

16701323

Posted in création des romans 2017 rapport 2 | Leave a comment

Exposition de soi 2017 Rapport 3

Réflexion sur l’utilité de l’exposition de soi “artistique” à l’époque des médias mobiles      Mihoko UEMATSU No.16710395

 

De nos jours, il est évidant que nous ne pouvons jamais vivre sans médias mobiles car pour le meilleur ou le pire, nous dépendons fortement du téléphone mobile. Grâce à cela, les gens du monde entier peuvent prendre en temps réel n’importe quelles informations qu’on veut savoir. Il est aussi possible qu’on devient célèbre du jour au lendemain puis qu’on va bien tourner sa situation, par exemple. Il est un grand progrès beaucoup pas pris en compte dans la décennie précédente.

 

Cependant, surtout ce qui concerne les actualités politiques ou sociales, nous avons malheureusement tendance à les regarder en tant que “le spectateur”. Ce qui est signifie que au moment d’avoir obtenir des informations, nous les saisissons inconsciemment en tant que les événements qui ne nous concernent pas, même si nous l’avons eu immédiatement grâce aux médias mobiles. En réalité, il est difficile que nous saisissons les événements mondiaux en tant que nos problèmes.

 

À ce propos, certaines personnes disent que les gens peuvent vivre essentiellement dans la vie même s’il n’existe pas de quelque chose d’artistique, ou que l’art est une expression arbitraire ou libre puis ce n’est pas toujours facile à se comprendre, etc.

La réponse à la question de ce qui est l’art, il y a aussi plusieurs définition avec l’ambiguïté maintenant encore. Personnellement dans la vie quotidienne, je trouve qu’on arrive souvent que l’art nous donne beaucoup de quelque chose très importante pour vivre puis cela c’est une rôle de l’art. Et puis, j’espère quand même que grâce à la création et la liberté d’expression, l’art doit être comme cela.

 

En complétant les lacunes de l’exposition de soi “artistique” et des médias mobiles, ils permettent d’exploiter leurs propres avantages au maximum à fin que l’exposition de soi “artistique” va être utile pour nous. Cela peut être Et puis, par rapport à particulièrement la question politique ou sociale, l’exposition de soi artistique nous donne plus d’une occasion d’avoir la sensation réelle par rapport aux événements mondiaux grâce aux médias mobiles. Ce qui est le plus important par rapport à l’utilité de l’exposition de soi “artistique”, c’est de mieux comprendre et de partager quelque beaucoup de chose avec les gens du monde entier.

 

Cependant ce n’est pas toujours le cas. Bien que l’artiste, on ne pourra pas toujours accepter n’importe quelle chose qu’il fait.

Je trouve que l’exposition de soi “artistique” doit être quelque chose d’éthique, d’esthétique, d’être simple ou encore d’attirante.

Si non, cela va être quelque chose journalistique ou inutile, pas être l’exposition de soi “artistique”. Il est évidant que la possibilité de l’exposition de soi “artistique” est à l’infini. Pourtant en même temps, certaines l’exposition de soi “artistique” existent qui ne respectent pas les conditions ci-dessus. Il est donc idéal que nous devons bien le juger nous-mêmes puis j’espère que l’exposition de soi artistique utile va augmenter à travers les médias mobiles.

 

 

 

Posted in exposition de soi 2017 rapport 3 | Leave a comment