Le syndrome de galapagos : origines et impacts sur la société d’aujourd’hui

S’inspirant d’une étude faite par le naturaliste Darwin sur l’île de Galapagos montrant l’isolement de la faune locale, né en 1999, Ce terme désigne les téléphones portables  japonais qui de part leur développement technologique qui ne vise que  la clientèle nipponne en font des objets singuliers, hors du reste du  monde (en autarcie) d’où la référence aux îles Galapagos.

En gros, Le syndrome de Galapagos est une notion introduite au Japon pour signifier un produit qui évolue seul sur son marché local.

Au Japon, le téléphone portable s’appelle «keitai».La cadence du développement technologique et l’intensité de l’utilisation y sont uniques au monde. Ce mot a donné naissance à une véritable culture , du fait de son omniprésence dans la société urbaine japonaise.

Le Japon dispose, avec la Corée du Sud, de la meilleure couverture de réseau mobile et du plus vaste choix de téléphones portables au monde. Les portables japonais présentent certes les mêmes caractéristiques que les américains ou les européens, mais ils sont beaucoup plus aboutis que leurs équivalents occidentaux sur le plan technique et au niveau de leurs possibilités d’utilisation.

Avec 100 millions d’utilisateurs japonais , le keitai est devenu un objet a tout faire :

Les japonais utilisent leur téléphones plus que partout ailleurs et en possèdent plusieurs : un pour la famille, un pour le boulot, un pour ses vrais amis, un autre pour des amis moins proches, un par petit ami, etc… Le téléphone portable est devenu une machine à tout faire pour les gens, parfaitement intégrée, ainsi photos et videos, télévision mobile, paiement électronique, pédomètre, jeux, scanner, check-in à l’aéroport, identification par empreinte digitale font partie intégrante des fonctionnalités d’un keitai :les portables japonais disposent de fonctions qui n’existent qu’à l’état embryonnaire en Occident.

Avec  30 millions d’exemplaires de keitai produits localement chaque année ,La «culture keitai» domine la vie quotidienne japonaise et adopte souvent un look fantaisiste et scintillant.

Dans un pays ou le train de vie est assez formaté et les règles de vie en communauté concernant le keitai sont très strictes voir drastiques , le keitai constitue une porte ouverte à l’expression personnelle , ainsi le «keitai» se personnalise au moyen de pendentifs, stickers, housses et cordons.

« Avant l’introduction de l’iPhone au Japon, le marché était caractérisé par une très large domination des fabricants nippons, qui concevaient des téléphones japonais pour des utilisateurs japonais » Carole Naganuma.

L’engouement des Japonais pour les smartphones semble traduire une normalisation du marché nippon de la téléphonie mobile. Cependant les japonais tentent d’operer un transfert de certaines fonctionnalités du keitai tels que « osaifu-keitai » (portefeuille mobile) ou la télévision one-seg vers les smartphones. En octobre 2010, Sharp a lancé le premier modèle qu’on pourrait qualifier de « Galasuma », un terme né de la contraction entre « Galapagos » et « Smartphone ». Ce nouveau modèle, permettant un accès à la télévision one-seg et doté d’un moyen de paiement électronique.

Le smartphone ou “téléphone portable intelligent”  est doté de capacités proches d’un véritable ordinateur. A l’image des Nokia  Communicator apparus à la fin des années 90 ou de l’actuel iPhone d’Apple, ces  appareils sont non seulement équipés d’un module de radiocommunication pour la  voix et l’échange de données mais également de fonctions bureautiques (agenda,  carnet d’adresses, prise de note, messagerie,…) et de fonctions multimédia  (photo, musique, vidéo, jeux, navigation sur internet).
Le smartphone aujourd’hui constitue un véritable “couteau suisse multimédia” mais augmente la nomophobie et contribue à l’isolation de l’utilisateur.

La France à la diffèrence du Japon n’intègrera pas la culture keitai de manière aussi prononcée car les Français ont toujours eu un penchant pour les relations directes et la dialectique.

 

.

About alexandre.tchuignang

Ce cour m'interesse parce qu'il traite des différents médias mobiles de plus en plus en vogue et notamment de leur impact sur notre conscience corporelle, de plus il fait le lien entre le Japon et la France concernant les nouveaux phénomènes rattachés à la téléphonie mobile . Aussi étant fan de certains mangas ce cours me permettra d'en savoir plus quant aux nouvelles formes d'identité découlant de ces récits . Et enfin, Vivant dans un monde de plus en médiatique , la question des réseaux sociaux et de l'expression de soi est bien sûr d'actualité.
This entry was posted in 4eme cours 26/10/12. Bookmark the permalink.