Rapport 4 : L’écriture de soi contemporaine

Avant, les jeunes tenaient des journaux intimes, sous forme de carnet. Ils pouvaient y noter leurs ressentis, dessiner, coller des photos. Tout cela restait très souvent privé et n’était partagé avec personne. Mais de nos jours, l’écriture de soi a pris une nouvelle forme.

L’évolution de la technologie a fait que les journaux intimes basiques, en papier, ont petit à petit disparus et sont devenus virtuels. Ceux qui possèdent des médias mobiles, comme le téléphone portable, l’ordinateur, la tablette, ont commencé à écrire à travers un écran et un clavier. Au début, cela restait tout de même privé. Avec l’apparition des nouveaux réseaux sociaux, tels Facebook, Twitter, Instagram, etc, ces choses intimes ont commencé à être partagées avec d’abord les amis, puis avec toutes personnes à travers le monde.

Avant les réseaux sociaux, les blogs étaient bien plus répandus et on pouvait y écrire de longs textes, qui n’étaient pas forcément lu par un grand comité. Puis, les nouveaux réseaux sociaux…

Les ressentis et les évènements marquants des journées sont instantanément partagés par les utilisateurs des réseaux sociaux. Si l’on reste connecté, nous pouvons donc apprendre les nouvelles aussitôt qu’elles sont publiées. De plus, ceux-ci sont très souvent des messages très courts et bref, avec peu de caractères, aussi notamment avec des émoticônes qui font partis de l’écriture contemporaine. Tandis qu’avant, la beauté de l’écriture était aussi importante : c’est-à-dire que les écrits étaient plus ou moins poétisés, alors qu’à présent, nous voyons des abréviations et des messages comme sous forme de texto, sur les réseaux sociaux publics.

Par ailleurs, les carnets et albums photos, qui servent de souvenir privé des instants marquants, sont de nos jours numériques et misent en ligne, et peuvent être visualisé par beaucoup de personne.

Le « soi », qui est censé être vraiment connu que par soi-même, est de nos jours connu par tout le monde suite à la forme de l’écriture de soi contemporaine.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.