rapport 4/5 malick tandjigora

ayant omis d’appuyer sur le bouton publier je n’avais pas mis mes rapport 3 et 4 en ligne les voici :

dans le 3ème cours nous avons traité de l’apparition de la pratique photo graphique appelé le selfie , c’est un mot anglais, apparu lors de l’apparition de la caméra frontale , cette pratiqué consiste à prendre un autoportrait à l’aide de son téléphone portable ou bien à l’aide de tout autre  appareil photographie pouvant aller du simple téléphone ,à l’ordinateur ou encore aux cabines à selfies japonaises appelés print club permettant de non seulement ce prendre en photo mais de modifier la photo et de l’imprimer sur un papier autocollant. Grâce au print Club, on peut ajouter du texte, des dessins, et même modifier la taille et la couleur des yeux et des cheveux ce qui permet parfois meme de se creer une nouvelle identité. Il est possible de capturer la totalité du corps, même à plusieurs.

 

dans le 4ème cours nous avons parler de l’criture de soi

Avec l’arrivée des nouveaux médias, la pratique de l’écriture de soi c’est grandement développé et s’est étendue à un  large public et  à un plus grand nombre d’auteurs et  écrivains.

avant l’arrivée des portables, des ordinateurs et d’internet, l’écriture de soi passait sûrement principalement par les journaux intimes écrits à la main, souvent tenus par des femmes ou bien des scientifques  ,chercheurs appelés carnet de recherches.
Avec l’arrivée d’internet et des téléphones portables, il y a eu possibilité de poster des textes en lignes et écrit pouvant etre partagés au monde entier. Cette pratique leurs permet d’exprimer et partagés leurs sentiments sans pour autant être obligé de révéler leur identité. La barrière de l’ecran permet aux auteurs de se confier sans avoir peur des représailles. De plus, les lecteurs peuvent écrire des commentaires (par exemple sur les blogs) sur comme Facebook ou Twitter s” pour se confier, partager notre humeur ou nos pensées avec le monde

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.