Création des romans rapport 1 : Analyse sur la création littéraire

C’est durant les années 90 que va naître au Japon un nouveau style d’écriture, un style consistant à utiliser les appareils téléphoniques à des fins autres que professionnelles.
En effet, les étudiants japonais sont les premiers à avoir mis en pratique ce style d’écriture numérique que l’on appelle également le Keitai Shosetsu.

Cette pratique consistait à écrire des romans avec un téléphone portable, leurs sujets d’écritures étaient assez intimes car cela concernait généralement leurs sentiments ou encore leurs vies au quotidien.
Par la suite, durant la seconde moitié des années 90, beaucoup d’autres étudiants ont commencés à user de cette pratique et à conserver les romans écrits par de jeunes auteurs sur des plates-formes numérique tel que Twitter.

Cependant nombre de critiques ont émergées suite à l’avènement de ce style littéraire, mentionnant par exemple le niveau d’écriture et du langage tenu dans ces romans comme étant parfois vulgaire, ressemblant même à des SMS compte tenu aussi du jeune âge des auteurs.
Eléments pouvant donc avoir comme effet de favoriser un certain public et d’en écarter un autre. Tandis que dans le domaine de l’écriture traditionnelle même si les thèmes d’écritures diffèrent parfois les uns des autres, l’orthographe elle demeure toujours la même, chose rendant le domaine accessible à tout type de lecteurs.

A côté de tout cela, lorsque nous jetons un œil attentif au monde de la littérature, nous constatons que l’écriture traditionnelle est en déclin.
En effet, car qui de nous aujourd’hui écrit encore des lettres, bien encore bien même des livres manuscrits ? Très peu, pourtant d’après certaines études la pratique de l’écriture manuscrite stimulerait l’activité cérébral et développerait ainsi la créativité.

Une autre particularité de l’écriture traditionnelle qui je pense nous est déjà tous plus ou moins une fois arrivée est qu’en lisant l’écriture d’une personne on peut parfois pousser notre imagination à essayer de cerner en le caractère de celle-ci en quelques sortes uniquement par sa manière d’écrire.
On remarque d’ailleurs même dans le milieu scolaire l’espace important qu’occupe l’écriture numérique, comme au sein de l’enseignement supérieur par exemple où la quasi-totalité de nos travaux, comme celui-ci que je rédige, sont des travaux à réaliser par le biais d’outils numériques et non pas sur des papiers ou l’on développe un commentaire écrit d’une façon manuscrite.

Même devant les portes du milieu professionnelle l’écriture traditionnelle a dû tirer sa révérence car même un CV ou une lettre de motivation par exemple se réalise par le numérique de nos jours.
Il ne s’agit pas d’un constat négatif, toutefois on constate une forme d’uniformisation de l’écriture si je peux le qualifier ainsi
.
Mon point de vue est tout à fait subjectif car j’estime que l’écriture traditionnelle tout comme l’écriture numérique ont chacun leurs avantages et leurs inconvénients respectifs, malgré cela nous somme forcés de reconnaitre l’ampleur que prend l’écriture numérique au sein de notre ère et on peut logiquement se demander quel est le sort que l’avenir réserve à l’écriture traditionnelle.
Pour conclure, je pense que l’on peut tout simplement qualifier ce phénomène «d’évolution».

This entry was posted in création des romans 2017 rapport 1. Bookmark the permalink.