la photographie privée et exposition de soi

GUO Cui Licence 2  arts plastiques 16704078

下载

Cette image a été prise par Nan Goldin, à New York City, en 1984. Nan Goldin est un photographe américain. Après déménager à New York, et elle a produit l’œuvre qui fait la célèbre < The Balled of Seuxel Dependency> . L’image “Nan One Month after Being Battered” vient de cela. Goldin réalise souvent des photos aux couleurs saturées, plongées avec une lumière artificielle. Les principaux thèmes évoqués sont la fête, la drogue, la violence, le sexe, l’angoisse de la mort. Pourtant, Goldin a avant tout le desir de photographier la vie telle qu’elle est, sans censure.

C’est une grande photographie en couleur, l’artiste regarde directement la caméra. Son œil gauche, qui s’injecte, fait echo à son rouge à lèvres. Des contusions foncées colorent la peau sous ses yeux. Contrairement aux dégâts physiques, elle a l’air bien soigné. Ses cheveux sont brillants et bien brossés, les lèvres ont été mises le rouge vivants, elle portes des pendants d’oreilles et un collier. Elle s’est photographiée contre un morceau de mobilier en bois noire et un rideau blanc brodé qui a l’air bleuté dans la lumière nocturne artificielle. Les ombres dernière sa tête indiquent l’utilisation d’une ampoule de flash.

Ce selfie emblématique saisit le moment malheureux et douleur de Nan Goldin. Il marque la fin d’une période particulière dans sa vie, elle est battu par son copin. L’expression de ses yeux sont rabelles, et constants. Une dignité est transmisée par son regarde qui contemple la caméra. Ses yeux injectés de sangs, visage blessé sont en grand contraste avec ses lèvres rouge vif. La violence lèse gravement les yeux. Cela implique qu’elle va peut-être perdre sa vision normale et un statut de photographe. Cependant, cette auto-photographie la rendre “regagner” ces deux choses qu’elle presque perdre. Ce photo change la routine: le photographe est seulement spectateur, contester la relation entre le photographe et la réalité, la photographie et la vie privée, créer un nouveau gerne: la photographie documentaire privée. C’est-à-dire, l’artiste incorpore la vie personnelle dans le champ de photographie documentaire.

Il est différent avec la photographie traditionnelle qui insiste sur la composition, exposition, couleur. Nan Goldin fait attention davantage à la transmission du sentiment personnel et l’idée, d’autres aspects sont secondaires. Il montre également la nouvelle génération de photographe sur l’attitude de photographie: l’expression de personnelle, expérience privée, langue d’individualité, et même l’image d’intimité, d’autiste et d’espionnage. Nan Goldin utilise sa image pour définir sa place dans la société, elle présente un aspect de la vie sociale, et aussi démontrer la légitimité de sa vie.

Dans ce œeuvre, l’artiste fait directement face à la vie privée par selfie, et enregistre la douleur et la blessure. Elle surpasse la nature d’esthète féminin, déchire les faux masks de la part d’amour, fait apparaître publiquement sa situation et son visage blessé. A ce moment-là, la violence domestique est encore un tabou entre les femmes américaines. On ne le parle pas en publique. Goldin veut utiliser son photo pour attirer l’attention sur ce problème, elle espère qu’on peut le traiter par une attitude publique.

Depuis les années 50s, sûrtout dans les années 70s , un grand nombre de photographes féminins Occidentaux ont grandi, utilisant leurs corps comme sujets, et l’auto-photographie comme un outil de pointe, devenant noyau de développement social et culturel, faisant le nouveau style photographique, et devenir une partie intégrante de la culture visuelle moderne.

Dans cette création d’autobiographie, Goldin se voir, et donc réaliser le changement d’angle de vision ( de l’angle d’autre à l”angle propre ), mais aussi avec son langue d’image pour figurer une femme vivante.

Bien que ce photo n’est pas “beau”, mais très réel. Pour Goldin, ce style de vérité est presque cruel et aussi vraiment “beau”, il brise la fausse chaleur et l’hypocrisie, arrrête les pas qui passent trop vits, et fait les voir la vérité de la vie.

 

This entry was posted in exposition de soi 2017 rapport 2. Bookmark the permalink.