écriture créative autofictionnelle

Tous les soirs elle se préparait pour sortir.

Déjà l’après-midi elle commençait à éprouver un sentiment trop connu, le besoin d’être là, même si ce ne pouvait être guère défini. Les endroits l’appelaient, on pourrait dire. Elle voulait claquer la porte, courir vers la bouche du métro, elle revendiquait que quelque chose arrive.

Elle a toujours suivi son intuition, laissait le hasard agir, la jeter dans des espaces inconnus, parfois imaginaires, des El Dorados momentanés.

Elle suivait les gens qui l’attiraient et qui auraient pu l’accompagner. Elle s’inventait les histoires qu’ils auraient pu vivre ensemble.

Elle voulait être vue, regardée, admirée. Elle avait une nécessité féroce de participer, d’être présente.

Elle mettait sa tenue préférée.

Elle mettait du rouge à lèvres.

Elle appuyait sur la poignée de la porte.

Après, elle se tourna vers son lit. Elle s’assit. Elle se rappela qu’il n’y avait aucun rendez-vous à aller.

Tous les soirs, elle répétait le rituel.

Przechwytywanie

This entry was posted in création des romans 2017 rapport 3, Uncategorized. Bookmark the permalink.