Rapport n°5 – Image mobile

                À l’origine les japonais n’aimaient pas se faire prendre en photo mais cela changea vers fin 1990. En effet, il s’agit de la date de création des premiers Print Club (ou Purikura). Ce terme désigne des petites photos où différentes choses peuvent être modifiées ou ajoutées : agrandissement des yeux, ajout de mosaïque, de cadre, d’images, d’inscriptions, etc. Ce phénomène influença beaucoup les gens et ils se précipitèrent dans les cabines de Print Club. Au début ces dernières étaient des photomatons mais celles spécialisées pour les Print Club se sont développées afin de satisfaire le désir narcissique des utilisateurs, qui gardaient leurs photos, les échangeait avec leurs ami(e)s ou en leur offrant. Le Purikura est donc une nouvelle tendance de l’exposition de soi puisqu’au lieu de se cacher, les japonais distribuent leurs photos. Peu à peu, les utilisateurs demandent même une meilleure qualité d’image pour leur Print Club. Les gens gardent alors leurs Purikura dans un album, le Purikuracho ( ou Purikuracyo ). Certains les collectionnent, d’autres les gardent en tant que carnet d’adresses. À cette époque, plus on avait de Print Club, plus on avait d’ami(e)s. Modifiées petit à petit, les nouvelles cabines de Purikura permettaient alors d’envoyer ou de télécharger les Print Club directement depuis la machine.
                En l’an 2000, le J-SH04 (shavp) fut inventé. Il s’agit du premier téléphone portable muni d’un appareil photo. Mais le développement d’appareils de plus en plus performants voit le jour et la compétition s’accélère. On voit alors une nette amélioration de la résolution de l’image, suffisante pour être imprimée. Dès 2003 le téléphone portable sans appareil photo disparait du marché mobile. La qualité d’image augmente jusqu’à attendre 1 000 000 000 de pixels mais la compétition continue et certains fournisseurs atteignent 3 à 4 000 000 000 et les nombres n’arrêtent pas de croître. Le zoom est alors créé en 2006, jusqu’à trois fois. AU et Docomo sont actuellement toujours en concurrence en ce qui concerne le suivi et l’amélioration de la fonction d’appareil photo. SoftBank 910SH cherche plus la qualité de l’appareil photo que le fonctionnement du téléphone portable. Certains téléphones deviennent alors aussi bons qu’une de véritables appareils photos. C’est cette bonne qualité qui favorise la mobilité de l’image.
                Avec toutes ces améliorations, le sha-mail se fait connaître de plus en plus parmi les utilisateurs du Print Club puisque le téléphone portable a aidé japonais à prendre de nouvelles poses que celles imposées dans l’espace exigu de la cabine. Le sha-mail est une fonction qui permet d’envoyer et d’échanger des photos. Récemment d’autres applications ont été créées afin de pouvoir transmettre directement ses images sur Internet grâce aux réseaux sociaux tels Facebook, Twitter, etc.  
                Le Purikura a fait sortir les japonais de leur coquille en aimant les photos, le téléphone portable a facilité les prises de photo, le sha-mail a encouragé à la distribution de ces photos et les réseaux sociaux ont aidé à partager ces dernières, le tout a contribué à l’exposition de soi.

About jacqueline.han

1. Cela fait maintenant neuf ans que j'admire de tout ce qui touche aux mangas. Par ailleurs, avec l'aide de ma sœur aînée, nous avons acquis durant tout ce temps un total de plus de quatre cents tomes actuellement. Bien évidemment, en lisant ces mangas il m'a fallut comprendre certaines choses en rapport avec le Japon, ce qui m'a encouragé à m'y intéresser de plus près. Ce ne fut pas très difficile, étant donné que je suis d'origine chinoise et que ces deux pays ont certaines ressemblances. De plus, tout ce qui touche à l'univers du cosplay, du puripuka/print club, des jeux vidéos japonais, sans parler de la musique et des dramas, me semblent très familiers. Je pourrais presque dire que j'ai grandi dedans. De plus, j'ai aussi participé à plusieurs expositions présentés à Paris (Japan Expo, Chibi Expo, Paris Manga, etc...) qui encouragent à comprendre un peu la culture japonaise. Par ailleurs, je pense qu'aucune personne de ma génération ne pourrait prétendre être sans expérience avec un dispositif mobile. En effet nous sommes la génération qui avons littéralement grandi avec ces technologies nouvelles. Quasiment personne de notre entourage ne se balade sans un téléphone portable sur soi, mobile qui se développe toujours sans interruption. De plus, il existe de plus en plus de moyens de s'exposer dans notre vie actuelle. L'un des premiers est, tout simplement, Internet qui permet à un anonyme de se faire connaître de part le monde à l'aide de blogs ou de sites tels Facebook. Tandis qu'auparavant, ce n'était pas aussi simple, ou pour être précis, c'était différent. Il fallait, par exemple, exposer sa musique pour s'exposer soi-même ou, dans un cas général, son travail. Ce sont donc mes centres d'intérêt en rapport avec le cours, ainsi que l'intérêt que j'y porte. 2. En lisant le descriptif du cours et en participant au premier cours, je me suis rendu compte, tout simplement, qu'il s'agissait d'un cours qui allait me plaire. Ce cours comporte beaucoup de sujets que j'aime, qui suscitent mon intérêt et titillent ma curiosité. Je ne pense pas pouvoir ajouter quoi que ce soit à ma motivation puisque tout est dit dans mes centres d'intérêt. J'aime à croire qu'il s'agira d'un cours qui mêlera plaisir et curiosité. Je suis, par conséquent, plus que motivée pour y participer. 3. Je ne pense actuellement à aucun sujet à traiter en plus des vôtres, je ne manquerai pas de vous en parler si j'y pense à nouveau.
This entry was posted in 6eme cours 09/11/12. Bookmark the permalink.