Ne serait-ce qu’un instant

Les heures sont passées si vite
Depuis notre dernière étreinte
Et chaque fois que je pense à toi
C’est le sourire aux lèvres que je
Descends l’escalier, remonte la rue
Et chavire de l’autre côté du lit

Jamais je n’aurais pensé réussir
Ne serait-ce qu’un instant
A oublier le mal et la fureur
Qui jadis me forçaient
A sombrer un peu plus
Vers la noirceur d’une idée
Vers le clarté d’un été
Passé à contempler
Le vide et l’ennui
Le désespoir d’une vie

Mais à présent
Je sens avec lucidité
Que rien de tout ce que j’étais
N’a perdu l’authenticité
Et la force d’un sentiment
Qui aujourd’hui n’a plus rien d’un tourment

J’aimerais passer te voir
Un instant ou une éternité
Près de la mer
Où une fois je me suis noyée
Sentir sur ma peau
Cette réalité au combien j’ai rêvée

Avant que tu n’arrives
Au coin de cette rue
Éclairée par ce lien
Qui jamais ne sera rompu

Je t’aime mais ne peux le dire
Alors par ces éclats de rire
Je m’attache à toi
Pour vivre cela
Jusqu’à ce que nous
Ne nous quittions plus
Jusqu’à ce que la chaleur
Nous affaiblisse de ce doux de bonheur

This entry was posted in Création des romans 2018 rapport 1 and tagged . Bookmark the permalink.