La fiction sur Twitter avec le récit 3ème Droite

3ème Droite est une fiction développée sur Twitter, grâce au thread, c’est à dire une série de tweets. En effet, le tweet étant limité en nombre de caractères, pour faire un écrit plus conséquent, on peut créer un thread. A cela s’ajoutent sur quelques tweets des photographies et vidéos.

L’auteur de cette fiction est François Descraques. Il est aussi l’auteur de la websérie Le Visiteur du Futur. Cette histoire est une fiction (cela est précisé dans la “bio” du compte twitter) mais le style oral et simple de l’écriture ainsi que l’ajout des photographies et vidéos comme preuves ou compléments de l’histoire peuvent nous faire douter. 3ème Droite raconte l’histoire d’un jeune homme venant d’arriver dans un nouvel appartement (au 3ème étage à droite) d’un immeuble tenu par le mystérieux monsieur K. Le personnage va alors être confronté à de nombreux évenements étranges.

Ses publications reposent sur le modèle du feuilleton, un nouveau thread est posté par semaine (en moyenne), ce qui fait que l’histoire est coupée en plusieurs “chapitres”, provocant l’attente du public entre chaque. Cela peut nous rappeler les écrits paraissant par chapitre dans certains magazines où il fallait attendre la publication du magazine suivant pour lire la suite. Ainsi, l’écriture via twitter renouvelle ce genre.
Cependant, le compte twitter se présente comme créé par le personnage qui raconte son aventure. Or, Twitter est un réseau social destiné à créer un compte nous représentant, donc un compte tenu par une personne réelle. L’attente entre les threads devient alors le temps passant entre les différents témoignages du personnage. De plus, le thème de l’horreur joue avec les croyances que l’on peut avoir et cela remet en question le côté simplement fictionnel de l’histoire. Enfin, sur son blog, frenchnerd.com, l’auteur précise que le premier thread est directement inspiré de faits réels. Même si l’histoire est présentée comme une fiction, nous sommes donc invités à en douter.

Cela s’oppose quand même à certains autres threads qui jouent beaucoup plus sur la véracité de leurs propos, comme celui du compte twitter d’Adam Ellis où il présente son histoire d’appartement hanté comme réelle, avec l’ajout de photographies et vidéos pour le prouver. François Descraques est l’un des premiers à faire de la fiction assumée sur Twitter.
L’écriture via une plateforme comme twitter pose plusieurs problèmes. D’abord, le problème de la concision : en effet, chaque tweet est limité en nombre de caractères, l’écriture doit alors être directe et percutante pour rester entrainante et compréhensible, ce qui donne un style oral au récit (ce qui nous permet de penser que le personnage est d’autant plus réel, puisqu’il s’exprime simplement). Le problème du rythme est aussi abordé puisque chaque tweet devient une entité à part entière et nécessaire à la compréhension du thread. Enfin, Twitter est un réseau social, la réaction des lecteurs est immédiate face aux écrits de l’auteur, ce qui permet à ce dernier d’avoir un retour rapide et de savoir si son écrit entraine toujours autant où s’il doit changer de direction.

Pour conclure, Twitter est un outil qui permet de jouer avec les liens entre réél et fiction. En effet, cela permet de questionner la place du réél dans la fiction et inversement pour que l’histoire reste crédible et nous donne envie de lire la suite. De plus, l’écriture via une plateforme comme Twitter remet en question le lien entre l’auteur et son lectorat.

This entry was posted in Création des romans 2018 rapport 1. Bookmark the permalink.