Nouvelle dramaturgie, la simplicité de l’écriture

           Depuis le début des années 2000,  différents types de création littéraires voient le jour. La nouvelle génération prend possession de sa propre littérature et propose de nouveaux styles, dans l’air de son temps.


          Le Ketai Shousetsu est un style d’écriture minimale qui nous vient directement du japon, Il s’agit d’un roman court, créé sur téléphone portable avec la limitation de caractères qui va avec. Avec pour sujet courant l’amour, le romantisme et les complication que ça peut entraîner, des jeunes écrivain.e.s (souvent féminines), utilisent des pseudos pour pouvoir écrire librement. Diffusé par e-mail, le langage sera parlé et les textes ne seront ni publiés ni imprimés.
         La nouvelle génération détruit les conventions littéraires pré-établies, ce qui attire la critique des amateurs de “vraie” littérature. L’amateurisme des auteur.e.s les aide à être désinhibé.e.s, iels parlent plus facilement de leurs expériences, utilisent un point de vue à la première personne et en donnent presque une dimension autobiographique.

        Les Light Novel sont existants depuis longtemps mais on plus de lumière depuis les années 2000. Ils sont publiés dans des magazines, pour certains quotidiennement ou alors hebdomadairement, et l’histoire peut être suivie au fil des épisodes. Ils sont courts, possèdent parfois des illustrations au sein du récit et touchent un public de jeunes (du collège jusqu’à la faculté). L’histoire n’est pas vraiment la plus importante tandis que les personnages sont vraiment travaillés, et mis en avant.
         Il arrive qu’ils soient publiés en tant que livre mais plusieurs contraintes entrent en jeu, les labels doivent apparaître sur la couverture, les prix sont bas pour être alléchants et plus abordables et ils ont également beaucoup de publicité.

       Les fanfictions prennent également de plus en plus de place sur le net. Des jeunes écrivains utilisent l’univers et les personnages d’un film, jeu ou livre et le déclinent pour inventer de nouvelles histoires inédites.
       La frustration que procure une histoire pas finie, ou pas comme on l’aurait souhaité, pousse des fans à prendre leurs claviers pour assouvir leurs désirs et donner la fin, l’histoire alternative que l’univers d’origine ne comprenait pas.

Plus récemment, de nouvelles structures voient le jour, pour déconstruire le récit auquel on est habitué, afin de donner un nouveau souffle à la littérature actuelle.

         Les émoticônes prennent une nouvelle place dans l’écriture moderne. Véritables alliés, ils nous aident à nuancer nos messages, leur donner un visage, exprimer nos sentiments, mais attention, un mauvais usage peut troubler le correspondant. Ils sont la suite logique de l’écriture minimale.

         Grâce à Twitter, il existe désormais des threads, nouveaux feuilletons, qui permettent de raconter une histoire, en gardant la contrainte du nombre de caractères. Ils permettent à leur auteur.e de tenir les spectateurs en haleine face à l’histoire qu’ils lisent, puisqu’elle se déroule sur plusieurs posts, pendant plusieurs heures voire plusieurs jours.


        La nouvelle dramaturgie évolue sans arrêt, donne la possibilité à tous d’y participer. Internet aide les auteur.e.s à se lancer, à avoir de l’inspiration à volonté. De nombreux genres littéraires persistent, voient le jour ou n’existe pas encore.
     Les prochaines années vont laisser place à de nombreuses créations.

This entry was posted in création des romans 2019 rapport 1. Bookmark the permalink.