Rapport 2: les réseaux sociaux comme journal intime / auto-fiction

 

De nos jours, les réseaux sociaux permettent une meilleure diffusion de nos idées et de nos sentiments. Ils agissent en quelque sorte, comme un journal intime mais public. On le voit notamment avec Twitter, qui est une plate forme permettant d’exprimer toutes les idées qui fusent dans nos têtes (à condition de ne pas dépasser un quota de 280 caractères). Les tweets sont donc pour la majorité écrit à la première personne, comme les journaux intimes classiques. Les écrits d’un journal, intime ou non, sont généralement datés avec parfois la mention de l’heure dans le cas où l’auteur reviendrait plusieurs fois par jour. C’est une fonctionnalité qu’offrent de nos jours les réseaux sociaux. En effet, après l’envoi d’un tweet, ceux-ci sont datés. Twitter est ce que j’appelle un journal intime interactif car en effet, selon que votre profil soit public ou privé, les gens bénéficiant d’un compte peuvent commenter les dires des uns et des autres et de là, peut se créer une discussion. Aujourd’hui, le réseau social a une fonctionnalité encore plus large. Il permet la création d’histoires, fictives ou réelles, à travers ce qu’on appelle les threads (fil en français).

Thread

Un thread est un récit dévoilé en une série de tweets (messages) d’un même utilisateur qui se succède pour former un contenu plus long. Il peut servir à raconter une fiction, un épisode de sa vie et/ou même à dénoncer une injustice ou une inégalité. Bien que les exigences littéraires importent moins qu’une littérature classique, les attentes sont les mêmes que celles d’un roman. L’écriture doit être ciselée et fluide avec une once de suspens. Le meilleur exemple de thread français était celui de Juillet 2018, où une jeune femme partie à Amsterdam racontait son expérience là-bas le temps d’un week-end. La jeune femme sous le pseudo de @kaeshae24 a raconté en 4 jours, à la façon d’un feuilleton, son histoire terrifiante à Amsterdam où son copain s’est soudainement retrouvé avec une mystérieuse piqûre sur le bras après qu’une femme soit rentrée dans leur chambre. Cette histoire a fait le buzz sur tout Twitter le week-end du 21 Juillet 2018. I l s’agissait d’un thriller écrit donc à la première personne. Le thread peut être considéré comme un objet littéraire non identifié.

Un thread peut être agrémenté de photos et de vidéos pour enrichir le récit. Grâce à ce nouveau procédé, il a même donné suite à des histoires fictives interactives où le lecteur choisit son destin. Le thread prend alors une dimension ludique. Le principe est qu’à chaque nouvelle histoire, le lecteur est intégré dans une situation (parfois inquiétante), où il a le choix entre deux propositions pour poursuivre l’histoire. Selon ses choix, l’histoire peut durer longtemps tout comme elle peut se terminer rapidement (dans les cas où le lecteur fini assassiné par exemple).

This entry was posted in création des romans 2019 rapport 2. Bookmark the permalink.