8eme rapport

Quelles étaient les pratiques de composition d’une œuvre littéraire, la méthode de travail des auteurs antiques japonais ou français? Utilisaient-ils des feuillets de papyrus ou parchemin et des tablettes pour la prise de notes et la rédaction de brouillons ? Comment prenaient-ils des notes, de quelle façon recueillaient-ils des extraits au cours de la première phase de la composition d’une œuvre littéraire?

Dans l’Antiquité oriental et latine, écrivait-on soi-même les textes littéraires ? Plusieurs auteurs de l’Antiquité avaient en commun la pratique de réserver une partie de leur production littéraire à une circulation restreinte, pratique qui les conduisait donc à renoncer à « publier » ces écrits. C’était pourtant en vue de la « publication » c’est-à-dire de la diffusion auprès d’un large public, qu’un auteur composait ses livres. Quel était le devenir d’une œuvre après sa « publication » ? Existait-il des droits d’auteur et d’éditeur? Quels sont les cas où un livre a été publié par son auteur en deux exemplaires ou plus? Y avait-il la possibilité de préparer une « seconde édition » d’une œuvre du vivant de son auteur et par ses soins ? Peut-on parler de l’existence de variantes d’auteur?

Voici quelques-unes des questions qui peuvent m’amener à desservir l’utilisation de la tablette et ainsi trouver peut-être une réponse satisfaisante en se plongeant dans le secret des auteurs antiques. Comment en sommes nous arriver la?

 

 

About jessy.lasne

En effet je suis porté sur l'avenir et plus particulièrement sur les nouveaux (et future) supports électroniques de communication et de partage. C'est également pour cette raison que je suis salarier au sein d'un entreprise de production de magazines destiné à différents types de supports comme les tablettes, smartphones, etc...
This entry was posted in 8eme cours 23/11/12. Bookmark the permalink.