Rapport 4 : Le syndrome de Galapagos

Le syndrome des îles Galapagos désigne l’évolution isolée : d’une espèce animale (les célèbres tortues géantes), des humains, d’une culture ou d’un produit.Élaborée par Charles Darwin lors d’un voyage d’études au milieu du 19e siècle, le syndrome est une des briques qui mènera le scientifique à sa théorie de l’évolution.

En plus d’un sujet de conversation amusant, il offre une clef de lecture intéressante sur les problématiques d’innovation. Fréquemment convoqué pour décrire la crise du secteur automobile US dans les 00′s ou les téléphones mobiles japonais, le syndrome illustre un principe élémentaire : pas de succès sans usage (où une forme de loi de Metcalfe élargie).

 Le traditionnel « keitai » (téléphone portable) japonais peut s’apparenter à un gadget pour des utilisateurs étrangers non avertis, mais il rassemble en fait une multitude de services incontournables pour des consommateurs japonais aux exigences spécifiques. « Les Japonais ont des attentes bien particulières en matière de téléphone portable : ils veulent utiliser le système portable-portefeuille « osaifu keitai », le transfert de données infrarouge, et souhaitent pouvoir regarder la télévision sur leur mobile » observe l’analyste de Bouygues Telecom. Ces fonctionnalités sont une des raisons de l’isolement du marché japonais, dans la mesure où les fabricants étrangers sont obligés d’adapter leurs appareils, ce qui constitue une véritable barrière à l’introduction de modèles non-japonais.

 L’engouement des Japonais pour les smartphones semble traduire une normalisation du marché nippon de la téléphonie mobile. Cette nouvelle ère a d’ores et déjà apporté un certain nombre de changements dans l’Archipel, à commencer par une ouverture inédite à un acteur étranger, en l’occurrence Apple. Dans la foulée, d’autres fabricants étrangers ont saisi l’opportunité offerte par Android pour s’introduire sur le marché japonais, et les modèles proposés par Sony-Ericsson ou Samsung Electronics séduisent aujourd’hui de nombreux consommateurs japonais.

This entry was posted in 4eme cours 26/10/12. Bookmark the permalink.