I just wanna be free, c’est la vie !

Petite fille, ne les écoute pas
J’ai toujours été quelqu’un de timide, même si aujourd’hui on ne le remarque plus trop. Ce qui me valût d’être souvent seule, malheureusement. Pas assez ouverte aux autres, je me retrouvais facilement mise de côté, et ce jusqu’au lycée. Ajoutez à ça que j’avais des lunettes et que j’étais toujours dans les premiers de ma classe, les insultes comme “intello”, “serpent à lunettes” et j’en passe, volaient à tous va.

Il m’a fallu du temps avant de trouver des vrais amis. Comme je l’ai dit, c’est au lycée que j’ai rencontré mes “vrais” amis. Mon meilleur ami et ma meilleure amie sortaient ensemble, je vous laisse deviner la suite… Je les adorais tous les deux, mais au moment de leur séparation, il m’a fallu faire un choix, imposé discrètement par ma dite meilleure amie. Par logique, je suis restée avec mon meilleur ami, Jordan. Beaucoup de fous rire avec lui, des délires comme on dit. Nous avons passé deux ans ensemble, à être amis; et avons passé notre Bac ensemble (tous deux l’avons eu au rattrapage).

J’avais enfin réussi à trouver quelqu’un qui me ressemblait, qui me comprenait et qui était là quand il le fallait. La fin, elle est arrivée le 16 Août 2011, deux semaine après que nous avions obtenu notre Bac et deux semaines avant ses 18 ans. Aujourd’hui comment je le vis ? Je préfère ne pas trop m’attacher aux gens; après de multiples déceptions dues aux aléas de la vie, vous comprendrez qu’on préfère rester seule …

 

“I have a dream”

J’ai un rêve. Il ne s’agit d’une chose que j’aimerais faire ou quelque chose que je souhaiterais obtenir. Non, il s’agit quelque chose qui ne s’achète pas, quelque chose qu’on ne nous donne pas comme on pourrait donner un chew-gum (veuillez excuser cette métaphore des plus mauvaise). A vrai dire, il  s’agit du rêve de ma vie et de la vie. Je rêve de devenir celle que je souhaite, de faire le métier qui me plaît et de pouvoir vivre sans trop de difficultés avec ce qu’il me rapportera. Je rêve de fonder une famille, avec d’adorables enfants, un homme formidable à mes côté, de voir mes futurs enfants grandir et assister à la naissance de mes petits-enfants. Je rêve de visiter le monde avant qu’il ne soit totalement ravagé. Je rêve pour qu’enfin la violence s’arrête: pourquoi les gens sont-ils aussi méchants parfois ? Pourquoi veulent-ils faire du mal aux autres ? Quel plaisir il y a-t-il là dedans ?   Je sais que le jour où je serai sur mon lit d’hôpital, très vieille, et que j’aurais fait toutes ces choses, je repensais à toute ma vie et alors là, et seulement à ce moment là, je pourrais quitter ce monde sereine. Mais une vie est-elle suffisante pour réaliser tous ces (ou “ses”…?) rêves ?

Un jour mon prince…est venu !

Je sais ce que vous vous dites : “Qu’est-ce-que ce titre à l’eau de rose encore ?!”. Eh bien, à vrai dire je ne sais pas trop pourquoi j’aborde ce thème, de la même façon que je ne comprend rien à l’amour. Aujourd’hui, ce mot semble être devenu si banal et dans certaines bouche, si ridicule.L’AMOUUUUUR !!! C’est pourtant un mot et un sentiment tellement fort, important, qui veut dire tellement de choses; alors qu’aujourd’hui, on l’utilise à tord et à travers. Je t’aime = j’te kiff. NON ! Cela dit, je ne saurai pas vous expliquer ce qu’est l’amour, et c’est peut-être ça qui en fait sa magie non ?

Somnolences

– Flo, ne dors pas. Il ne faut pas que tu dormes, parles moi. Qu’est-ce-que tu as fait aujourd’hui ? Ta journée s’est bien passé ? NE T’ENDORS PAS !

Ces mots résonnent toujours ma tête. Je me souviens d’un hôpital, d’un couloir, d’une voiture de pompier, puis d’une chambre d’hôpital, mais différents du précédent. Je me suis réveillée dans cette même chambre, épuisée, et incapable de marcher sur mes deux jambes. La suite, reste trop foule pour être racontée.

Trop de travail, ne tue pas le  travail

J’ai commencé à travailler à l’âge de mes dix-huit ans. J’ai commencé par un job saisonnier là où travaillait ma sœur, c’est-à-dire chez SFR Service Client (service administratif si vous préférez). Boulot plutôt simple, bien qu’assez chiant en soi ça je ne le cache pas. Suite au fait que je n’avais pas réussi à obtenir une école pour l’année universitaire, il fallu que je trouve du travail pour ne pas avoir à rester chez moi, seule… J’ai donc travaillé comme hôtesse au cours du salon KidExpo, à la l’occasion de la sortie d’un jeu vidéo (Skylanders si je me souviens bien). Ce travail, c’était juste le hasard qui m’a permit de le connaître: une petite annonce sur un site étudiant, une réponse et paf ! Me voilà Hôtesse ! S’en est suivi l’expérience “McDo”. Démission au bout de deux semaines (on passe les détails s’il vous plaît). Et…dernier travail (travail que je fait depuis 2012): diffuseuse ! Beaucoup de gens n’aiment pas les diffuseurs. Mais si, vous savez: ces personnes qui veulent à tout prix vous donner leur flyer  Tout d’abord, sachez que ce n’est pas un métier de rêve, sans pour autant être un métier horrible (on rigole bien des fois quand même). Sur ce, j’aimerais éclaircir certaines choses: un diffuseur est humain. Un diffuseur n’est pas un meuble que l’on peut pousser ou même ignorer, un regard ça ne tue pas ! Un “Bonjour!” ne tue pas, et surtout: un papier ne tue pas. Et l’excuse du genre “je pense écolo ! Je le prend pas comme ça je le mets pas à la poubelle”; mais il va finir à la poubelle de toute manière ! On les collectionne pas tout de même ! […] Bref.

 

This entry was posted in journal intime/ autofiction 2013. Bookmark the permalink.