Fragments

On Sauve Soi-même

Quand quelqu’un s’abritait de la pluie sous un avant-toit, il aperçût Avalokitésvara qui passait à côté de lui avec un parapluie. Cet homme dit : “Avalokitésvara, délivre des créatures vivantes des souffrants. Mène-moi un bout du chemin, d’accord ?”
 Avalokitésvara dit : “Je suis sous la pluie alors que tu es sous l’avant-toit. Tu n’as pas besoin de mon sauvetage.” Tout de suite, cet homme eut sautai de l’avant-toit, et eut se tenu debout dans la pluie:
“Maintenant, je suis aussi sous la pluie. Tu devrais me délivrer?” Avalokitésvara dit : “Tu es sous la pluie, et moi aussi. Mais je ne suis pas trempé, car j’ai un parapluie; tu te fais mouiller, parce que tu n’as pas de parapluie. Par conséquent, ce n’est pas que je me délivre moi-même, mais le parapluie me délivre. Si tu veux être délivré, ce n’est pas la peine que tu me pries. Va trouver un parapluie toi-même, s’il te plait.” Finissant ces mots, il s’en allait.
 Le lendemain, cet home trouva une difficulté, et alla au temple pour prier Avalokitésvara. En entrant dans le temple, il trouva qu’il y avait un homme qui ressemblait à Avalokitésvara à s’y tromper, devant la statue de Avalokitésvara en se prosternant.
 Cet homme demanda : “Es-tu Avalokitésvara ?”
 Celui-là répondit: “Oui, je suis précisément Avalokitésvara-même.”
 Cet home demanda encore: “Mais, pourquoi tu fais appel à toi-même?”
 Avalokitésvara répondit en riant : “J’ai aussi trouvé une difficulté. Mais je sais que mieux vaut compter sur soi-même que sur autrui.”

L’éducation d’un enfant

L’éducation d’un enfant commence bien avant l’école, presque dès la naissance. les premiers jouets qu’on propose aux petits enfants sont nécessaires. En effet, le jeu a un rôle important dans l’éducation. Parce qu’il retient l’attention de l’enfant, il amène à observer, à chercher à comprendre pour pouvoir atteindre son but, à réfléchir en somme. l’attention est le facteur essentiel de toute étude. Et l’école trationnelle, parfois, ne réalise pas son but car elle ne parvient pas à attirer longtemps l’attention de l’enfant.

Le loup gris

Il était une fois un loup gris trop gourmand qui, jamais, ne se lavait les dents.
A chaque fois qu’il croisait un enfant il lui disait : “Donne moi vite un bonbon ou sinon je devrais te croquer tout cru”.
Et comme les enfants de la région le connaissaient bien, ils avaient toujours en réserve dans leurs poches des sucettes, des carambars, des caramels et autres sucreries.
Ainsi à chaque enfant qu’il croisait le loup gris trop gourmand faisait provision de friandises.
Mais, comme il ne se lavait jamais les dents, à force, à force… ses dents se gât&egraverent et se mirent à tomber… si bien qu’il ne pouvait plus croquer ni confiseries, ni enfants tout crus !
Dans le village, lorsqu’on apprit la nouvelle, comme le loup gris trop gourmand n’avait jamais fait de mal à personne, on décida qu’à chaque fois qu’on le rencontrerait on lui donnerait de la purée ou de la soupe… toutes choses pour lesquelles point n’est besoin de dents.
Et depuis ce jour tous les enfants de la région se promènent dans la forêt avec un bol de soupe pour le loup gris trop gourmand qui ne se lavait jamais les dents !

Ce que je viens de trouver dans ma soupe

–Garcon!
–Monsieur?
–Devinez ce que jie viens de trouver dans ma soupe?
–Je ne sais pas,monsieur,et je n’ai pas le temps de jouer aux devinettes.
–Ne partez pas,ce n’est pas une plaisanterie.Dans ma soupe,il y avait un bouton de manchette.
–Sans blague?C’est marrant,je le cherchais partout!

Twitter et le papier

Twitter semble nous donner une certaine liberté en nous ouvrant sur le monde et en nous offrant la liberté d’expression , le papier nous donne la liberté de de l’écriture, pure et simple.
Ecrire sur twitter était pour moi une expérience très intéressante car j’ai trouver le fait d’écrire un roman par épisodes de 140 caractères très pratique,car j’ai aimer construire mon histoire petit a petit .En plus, on peut facilement communiquer entre un écrivant et des lecteurs sur place.

This entry was posted in journal intime/ autofiction 2013, Uncategorized. Bookmark the permalink.