Rapport 2

Rapport 2

L’écriture intime

 

1/ Publier un journal intime sur le réseau et en tenir sur un carnet sont des expériences tout à fait  différentes, car, quand on le publie sur internet, il est indispensable d’être conscient du regard des autres. ( L’existence de lecteurs inconnus )  Comment cette prise de conscience et cette situation particulière influencent ou modifient l’écriture d’un journal intime ?

               Il fut une époque où je tenais un journal intime, mais cela remonte quand même au temps du collège. Je me rappelle que je l’ai commencé non pas pour me confesser ou pour me vider l’esprit, mais je me disais tout simplement qu’il serait amusant d’écrire ce qui se passait dans ma vie, mes ressentis et de relire tout ça quand je serais plus âgée. Mais bon je dois bien l’avouer aujourd’hui, je ne sais pas du tout ce que ce journal est devenu donc quelqu’un peut être en profitera à ma place.

De ce que je me rappelle il n’y avait rien de vraiment personnelle dedans, mes sentiments, mes journées passées … Je suis une personne d’assez ouverte ce qui fait que je n’ai pas vraiment peur de parler de tout avec les gens, je n’ai aucun tabou, cependant comme tout le monde j’ai une limite qui dépend des personnes avec qui je suis.

Est-ce que j’avais peur que quelqu’un lise mon journal intime à l’époque ? Non pas vraiment, je n’y accordais pas vraiment d’importance. Je l’écrivais surtout pour moi et ne le montrais à personne après si quelqu’un l’avait lu ou voulait le lire, je crois que ça m’aurait pas gêné plus que ça… Si c’était une personne que je connaissais intimement.

La première question est vis-à-vis d’une personne que je connais, mais que je connais vraiment bien, pour qui je n’ai aucun secret, si j’avais écrit quelque chose de vraiment intime dans ce journal comme mes sentiments les plus profonds ou encore ma sexuelle tout simplement et que celui-ci était destiné à être lu par celle ci, comment aurais je réagis ? Je crois que j’aurais été gênée mais pas plus que ça en fait. Parce qu’à partir du moment où tu as fait assez confiance à cette personne pour te livrer complètement à elle, tes bons comme tes mauvais cotés, que tu partages tout avec elle et qu’inversement celle-ci partage tout avec toi, alors il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Mais imaginez si c’était la planète entière qui vous connaissait jusqu’à la moindre pensée la plus intime ?

En fait c’est une question de confiance et à quel point on connait la personne à qui on va montrer sa vie, se montrer sois même.

Maintenant la question est qu’en est-il d’une personne qu’on connait, qu’on connait un peu, voir qu’on ne connait pas du tout. Je crois que j’aurais été affreusement gênée de livrer ainsi ma vie.

Pour moi c’est presque joué les exhibitionnistes. C’est se dévoiler à des personnes en qui on a pas confiance (puisqu’on ne les connait pas), c’est se livrer au jugement des autres, c’est livrer ses péchés, ses qualités, ses défauts, ses gouts, TOUT. Un peu à l’image des journaux people, où la vie des stars est dévoilée, c’est ne plus avoir de vies privées, c’est donné en pâture certains traits de notre vie qui ne regarde absolument pas les autres.

Donc comment cette prise de conscience et cette situation particulière influencent ou modifient l’écriture d’un journal intime ?

En ayant conscience qu’on livre notre vie aux regards des inconnus, je crois que celui qui écrit fait attention aux mots, la tournure des phrases… Ne se limitera qu’à de simples résumés d’une journée sans parler de ses ressentis ou sentiments, ou bien s’il les livre alors il restera dans le vague sans dire sa pensée profonde.

Voilà ce que je pense, je pense que personne, non personne ne peut se livrer entièrement aux regards des autres lorsqu’il s’agit de leurs pensées les plus profondes, leurs péchés, leurs crimes … Même les plus grandes auto biographies ne sont pour moi pas complètes, je ne dis pas qu’elles sont fausses, je dis simplement que l’auteur ne c’est pas donné entièrement dans ses écrits.

Mais il y a une exception à cette règle, c’est dans le cas d’une confession. En effet en général l’écriture d’un journal intime est sensée être juste pour nous. On écrit parce qu’on en a envie, pour se confesser à quelque chose qui ne le répètera jamais à qui que se soit, pour se vider la tête. Mais dans le cas d’une confession, puisqu’une confession est de livrer quelque chose de très intime à des personnes, est ce pour se soulager ? Se faire pardonner ? Espérer être accepté ? Partager son fardeau afin qu’il soit moins lourd.

Personnellement dans mon auto fiction, presque tout est vrai, et c’est un épisode de ma vie très intime que j’ai livré comme ça sur le net. Et j’ai précisé à la fin « que ceci est ma confession », en mon âme et conscience je crois l’avoir fait pour me soulager.

 

2/Aujourd’hui, le blog ou bien les sites comme interfaces qui proposent de devenir “écrivain amateur” offrent une grande possibilité pour la création littéraire, comme s’il était désormais plus facile de vous exprimer dans l’écrit. Argumentez votre point de vue et vos remarques à propos de l’acte littéraire dans la société informatique.

De nouveau ici, je précise que pour moi, il m’a toujours été plus facile de m’exprimer par écrit que par oral. A l’oral, et cela ça date depuis la primaire, j’ai tendance à bégayer, trembler, ne plus savoir ce que je dis car ma tête se vide de toutes informations, voir même pleurer. Lorsqu’il fallait faire un exposé, participer en cours ou tout simplement lors de mon passage à l’oral de français pour le bac, se fut une vraie calamité, ça c’est dans le cadre d’un cours, dans le cadre privé c’est la même. Avec les gens je ne suis pas de nature bavarde, non pas parce que je n’ai rien à dire, c’est juste que je suis d’un naturelle timide et que tant que je n’ai pas cerné un minimum la personne je ne saurais pas de quoi parler avec elle, ou comment engager la conversation. Cependant par écrit, sms, mail, discussion instantanée, je n’aurais aucun mal à bavarder… Maintenant que j’y pense ça fait un peu sauvage de dire, on pourrait croire que j’ai vécu dans une grotte.

Maintenant il vrai que sur le net, l’acte écrit est plus facile et plus diversifié. Et je pense qu’en premier c’est parce qu’on trouve de tout sur le net, tout sorte d’écris allant à celui d’amateur à celui de professionnel en passant par plusieurs genres c’est-à-dire de l’autobiographie en passant par la fan-fiction, le roman, les one-shots, les nouvelles … Internet est une grande source d’informations et de partages des données avec le monde entier et c’est juste mon deuxième points de vue, en écrivant sur le net il y a une grande possibilité de partage et ainsi que de nombreux points de vue et de critiques, d’avis pour pouvoir s’améliorer par exemple.

This entry was posted in création littéraire 2013 rapport 2. Bookmark the permalink.