2eme rapport

– Publier un journal intime sur le réseau et en tenir un sur un carnet sont des expériences tout à fait  différentes, car, quand on le publie sur internet, il est indispensable d’être conscient du regard des autres. ( L’existence de lecteurs inconnus). Comment cette prise de conscience et cette situation particulière influencent-elles ou modifient-elles l’écriture d’un journal intime ?

J’écris mon journal intime depuis 10 ans.  Pendant les deux premières années, j’ai utilisé un carnet. Mais dès que j’ai eu mon téléphone portable j’ai commencé à publier mes journaux sur mon blog. L’un des raisons pour lesquelles j’ai cessé d’écrire sur le carnet était que j’avais peur de le perdre.  L’autre raison était pour éviter que mes parents le trouvent et lisent. Les problèmes ont été résolus par le journal sur le réseau car les journaux sont bien conservés et il est facile de cacher son vrai nom.

En ce qui concerne les influences sur l’écriture d’un journal intime, il est certain que j’ai fait attention à écrire des phrases compréhensibles avec l’orthographe et la grammaire correctes lors de la publication du journal sur le réseau plus que sur le carnet car il y a des lecteurs inconnus. Par exemple, en considération des lecteurs, j’ai ajouté certaines informations pour expliquer ce qui s’est passé.  De plus, je n’indique pas tout le temps les noms déterminés des gens qui existent vraiment pour éviter d’avoir un problème de violation de vie privée.

Par contre, dans mon journal sur le carnet, j’ai écrit comment je me suis sentie ce jour-là, si bien qu’il est parfois incompréhensible. C’est-à-dire qu’il est suffisant de pouvoir me souvenir de ce que j’ai écrit.

A mon avis, utiliser le réseau pour publier ses journaux est aujourd’hui plus utile que le carnet parce que l’on peut emporter ses journaux avec un dispositif mobile.

– Aujourd’hui, le blog ou bien les sites avec des interfaces qui proposent de devenir “écrivain amateur” offrent une grande possibilité pour la création littéraire, comme s’il était désormais plus facile de s’exprimer à l’écrit.
De nos jours, il est facile de publier une création littéraire car il existe tant de manières de la publier. Par exemple, on peut choisir le média.  Il n’y a pas seulement les blogs ou bien les réseaux sociaux mais aussi le clip, la création avec des images ou le jeu vidéo.  Si bien que la création littéraire dans la société informatique pourrait se développer énormément dans le domaine artistique.

Par contre, comme il est facile d’obtenir l’opinions directe des lecteurs, les créateurs peuvent s’obliger de changer leur propre style pour soigner leur popularité.

L’écriture pour la création littéraire pourrait désormais  être influencée par celle qui est utilisée dans  le réseautage social.  C’est-à-dire que l’on ne considère plus la manière classique d’écrire pour la création littéraire comme importante, en revanche il y a une possibilité que l’on détruise la frontière avec les types d’écriture du journal intime et du roman.

Dans tous les cas, on n’a pas le droit de commettre un plagiat.

About nana.yoshino

Je voudrais m'inscrire à votre cours car je m'y intéresse. Quand j'étais au Japon, le ketai était essentiel pour moi comme des autres japonais. Pendant que je l'avais, je n'avais pas besoin d'un ordinateur puisque j'ai pu avoir beaucoup d'informations avec le ketai. J'ai écris le ketai novel, j'ai utilisé deco mail pour envoyer un message d'anniversaire. Cependant j'ai aujourd'hui une téléphone mobile en France que je n'utilise que d'envoyer un petit texte d'appeler qqn. Et puis car la vie au Japon est totalement différente de celle-ci en France, je n'ai plus envie d'avoir la téléphone japonaise. Si bien que je voudrais savoir comment le média mobile marche dans la société japonaise (je ne vois pas le système du site internet en France comme imode ou ezweb, ils existent en france? ) dans votre cours. A travers surtout de le point de vue différent dans votre cours, je tenterai de comprendre la société japonaise et le nouveau média.
This entry was posted in création littéraire 2013 rapport 2, Uncategorized. Bookmark the permalink.