Rapport n°2

 

Papier contre web

Tout d’abord lorsque l’on écrit dans un journal papier, on écrit à une personne fictive, que l’on entend capable de nous comprendre et ce sans attendre de retour. On peut alors parler librement de certains sujets, un journal devenant confident. Mais l’on peut également le montrer à des personnes que l’on choisit. On est sincères avec notre «lecteur ».
Certaines histoires peuvent être dérisoires ou être un aveu, une confidence capitale.
On se vide, quand quelque chose nous travail on peut s’alléger en le couchant sur papier. On peut avoir envie de relire ce qu’on a écrit au bout d’un long moment, et de se remémorer des souvenirs du temps où l’on écrivait ça. Le journal intime devient un témoin de ce que l’on vit, et peut nous faire redécouvrir des évènements ou situations oublié après plusieurs années.
L’écriture sur un site est différente, plusieurs types de personnes peuvent lire, elles peuvent nous comprendre ou non, soutenir notre idée ou compatir pour certains sujets. Mais le fait qu’il puisse y avoir des inconnus qui nous lisent nous bride en grande majorité. On camoufle des prénoms en initiales (ce que j’ai fait), on modifie des points dans nos récits, on tourne certains évènements ou faits à notre avantage. On a plus tendance à partir dans la fiction ou à parler de scènes banales, et le fait d’être mal compris joue son rôle. On travaille la lisibilité dans ce moyen de publication, voulant être compris on s’attarde sur des phrases qui pourraient paraitre alambiquées.
Dans les deux cas on écrit sur nous, mais l’une des deux manières donne des récits édulcorés. Sur papier on a moins tendance à revenir sur une phrase pour la modifier, alors qu’avec un clavier cela devient plus facile.

 

 

 

Le clavier, héritier de la plume

 

L’écriture informatique permet à un grand nombre de s’exprimer via divers sites. Cela pouvant aller du simple blog au site spécialisé dans l’écriture régulière de nouvelles. Ainsi l’écrivain amateur peut rencontrer l’écrivain de métier. Le moyen de diffusion qu’est internet permet aussi l’affranchissement d’un support papier, mais aussi autorise la lecture gratuite.
Il est plus facile d’écrire, tout comme pour les photos qui se démocratisent avec les Smartphones les gens écrivent beaucoup, mais parfois au détriment de la qualité. Le style d’histoire devient varier, par exemple il y a le jeu de rôle écrit qui est permit grâce à internet. Twitter permet la diffusion des micro-récits, créant ainsi un nouveau système de lecture et d’écriture. Les lecteurs se diversifient également, ils ont un grand choix de genres et de styles, ils peuvent suivre des publications régulières comme pour des revues.

Ces nouveaux moyens de diffusion et d’écriture permettent à la culture de s’enrichir, que ce soit par l’écriture ou la lecture.

This entry was posted in création littéraire 2013 rapport 2. Bookmark the permalink.