La culture du Keitai

Les téléphones occidentales n’ont pas autant de gadgets et ne sont pas aussi personnalisables  que les keitai, ce sont plus des moyens de communications.

Or les keitai denwa (téléphones mobiles) sont des couteaux suisses !!! Ils nous permettent de faire beaucoup de choses (appareil photo avec le logiciel de retouches, moyen de payement E-Card, télévision). Au japon, les téléphones mobiles sont devenus omniprésent,  cela a conduit à une culture du mobile « la culture keitai »

Cependant même si le portable est un appareil très important dans la vie quotidienne des japonais. L’utilisation de celui-ci dans les transports publics est interdit ce qui favorise l’envoi de mail et de sms, Les publicités et les pancartes de règlements sont très souvent la pour prévenir les gens de ne pas envoyer de messages.

Cela est un peu contradictoire car la fonction premièr e d’un téléphone est « d’appeler ». Il y a même un mode « manière » dans leurs téléphones.

keitai

Donc ils utilisent des caractères spéciaux et des émoticônes pour exprimer leurs sentiments, ils ont même inventés des langages.  Afin de pouvoir communiquer par e-mail sans qu’on lise leur message, Les jeunes ont inventé un langage : le gyaru-moji, signifiant « alphabet des kogal ». C’est une méthode d’écriture du japonais populaire, afin que lorsqu’ils prennent les trains bondés de grandes villes, les gens ne puissent pas lire leurs messages facilement. Ce qui demande un effort de lecture et d’écriture. Leur technique est de remplacer les caractères par d’autres qui sont proches.

Les keitai sont des accessoires de mode et de personnalisation aussi que l’on décore, il devient l’identité du possesseur. Les moyens de personnalisations sont nombreux, il y a les straps, utiles ou décoratifs, les gadgets ou les coques des portables.

images

Le keitai devient un objet personnel intime mais que l’on peut transporter partout, nous pouvons dire que nous transportons notre chez soi.

This entry was posted in Rapport 2 24/10/2013, Uncategorized. Bookmark the permalink.