téléphone, publique ou privée ?

Les téléphones portables font maintenant partie intégrante de notre quotidien. Qui n’a jamais utilisé son smartphone dans la rue ?

Moitiés de conversations, sonneries, usages non-vocaux (SMS, MMS, jeux…) sont quelques composantes de la telephonie mobile assez incontournables dans la plupart des lieux susceptibles d’etre fréquentés au quotidien.

En premier lieu, on constate que la conversation telephonique est consideree comme une activité  d’ordre prive.
Une personne parle à une autre, et du fait d’un engagement distant supporté par une technologie favorisant un échange, la conversation est priveé.
Telephoner dans un restaurant, dans la rue ou dans sa salle de bain ne revient probablement pas à la meme chose ; tout comme le fait d’etre seul ou accompagné, de faire face à tel ou tel type de public…
La discrétion, un art de vivre dans les lieux publics : Les nuisances générées par l’usage du mobile en public indisposent de plus en plus de Français, au cinéma, en cours ou au volant : la première représentation négative du mobile est l’incivilité. La personne fait comme s’il était chez elle : parle fort, éclate de rire, écoute la musique à fond sans voir les regards braqués sur lui.

Les smartphones permettent aux utilisateurs d’être connecté en permanence : Il fait tellement de choses : il exploite toutes les fonctions. Que ce soit la lecture audio / vidéo, la télévision, les jeux, Internet. Bref, un appareil à tout faire, dont ont peux difficilement se passer, une fois qu’on en a eu un.
Mais il sert aussi a de nouvelle utilisation comme l’idée est la dématérialisation des cartes
de crédit, des cartes d’abonnement transports, des cartes de fidélité… sur un support unique, le téléphone mobile.
Votre mobile permettra alors, en plus des fonctions actuelles, de servir de titre de transport, de coupon de fidélité et d’abonnement à divers services .
Les smartphones ont transformé les habitudes de consommations.

Le droit d’utiliser le téléphone portable dans les lieux publiques, relève évidemment des libertés individuelles. La loi en France, ne décèle donc aucun motif généralisable qui justifierait l’interdiction ou la limitation du droit d’utiliser son portable dans les lieux publics. En d’autres termes, l’usage du portable dans l’espace commun n’est pas en général susceptible de troubler l’ordre public.
C’est pourquoi toute restriction en la matière constituerait une atteinte intolérable aux libertés individuelles fondamentales.
Pourant quelques exemples comme le règlement intérieur des établissements scolaires, demande que les portables soient éteints pendant les heures de cours. Limitation sans doute légitime .

Pourtant, près d’un vol sur deux dans les transports en commun de la région parisienne vise désormais un téléphone portable et ces délits s’accompagnent souvent de violences.
Parmi les téléphones dérobés, on compte 68% de “smartphones”.
Ce type d’appareils fait donc l’objet d’une convoitise sociale et une délinquance s’est constituée autour de lui.

Dès leur plus jeune âge, les Japonais sont accros à leur téléphone mobile, ou Keitai.
Les autorités japonaises ne cachent par leur inquiétude concernant la dépendance des enfants vis-à-vis du téléphone portable. Elles craignent en effet que son usage abusif n’influe sur l’assiduité de l’enfant à l’école, ses relations avec les autres et son temps de sommeil. Mais également les risques posés par les réseaux sociaux qui se développent à grande vitesse depuis quelques années et qui sont accessibles depuis les mobiles des enfants malgré les mesures de filtrage mises en place par les opérateurs mobiles du pays, avec les pédophiles qui y vagabondent à l’affût de leurs proies.
Dès l’école primaire, une bonne partie des petits Japonais, près d’un quart, sont équipés d’un mobile. Arrivés au lycée, la quasi-totalité en possède un.
Le mobile est un miroir très personnel de son utilisateur que l’on envisage comme le reflet de son intimité, de son réseau, de son identité. Il a beau constituer un objet de série très commun, il est pourtant toujours unique et personnalisé. Il y a autant de mobiles que d’utilisateurs car ces derniers se les approprient à travers leurs usages et les apparences qu’ils leur donnent.

Pourquoi un mobile dès l’école primaire ?
Ce sont les parents qui dotent leur progéniture d’un mobile dans le but de pouvoir les joindre à tout moment et ainsi être rassurés.

Désormais, Les smartphones font partie intégrante de notre vie quotidienne.

lieux-utilisant-smartphone

portail-multiactivites
autre-activites-smartphone

This entry was posted in Rapport 2 24/10/2013. Bookmark the permalink.