Cosplay

Dans la culture japonaise contemporaine, le cosplay tient une place majeure. Cosplay, c’est l’abréviation de costume et playing.

Né au début des années 1980 aux États-Unis avec les fans de “Star Trek” et de “Star Wars”, c’est au Japon que le cosplay a explosé avant de devenir un phénomène international il y a une quinzaine d’années. Aujourd’hui, on compte de nombreux adeptes en France, second marché mondial du manga et où se tiennent chaque année plusieurs conventions, telles les Japan Expo parisienne et marseillaise, l’Epitanime et donc le Paris Manga, qui attend plus de 150.000 visiteurs.

Le phénomène cosplay connait une montée en puissance en France alors qu’au Japon la cosplay mania fait partie intégrante de la culture japonaise… Le phénomène manga arrive en France avec le Club Dorothée. C’est alors la vague Dragon Ball Z, Sailor Moon, Saint Seiya… qui débarque dans toutes les cours de récréations. Pour beaucoup, cet engouement pour la culture japonaise n’est pas qu’une mode et certains grandiront avec jusqu’à se transformer en leur héros préféré, on les surnomme cosplayers. Ce sont les tailles humaines des personnages de manga. Cosplay est l’assemblage de “Costume” et “Play”, soit “déguisement” et “jeu”.

Depuis le Club Dorothée, beaucoup d’autres mangas comme Sakura ou Naruto sont apparus en France et le phénomène Cosplay ne fait que grossir. Des festivals comme la Japan Expo, Epitanime font leur apparition dans le décor français et accueillent de plus en plus de visiteurs. Evènement de rencontres avec d’autres fans, les auteurs… mais aussi pour participer à des concours de Cosplay.

Aujourd’hui, les cosplayers ne se limitent plus uniquement au manga et s’imprègnent des personnages des films de science fiction comme X-men ou Star Wars.

Mais avoir un joli cosplay ne suffit pas. Un cosplayeur doit aussi maîtriser la façon d’agir, de marcher, de chanter ou de combattre de son personnage. C’est ce qu’on appelle le roleplay, et c’est effectivement une dimension essentielle du cosplay. 

Incarner un personnage de fiction est évidemment au cœur de ce qui plaît aux cosplayeurs qui ont l’impression de s’évader et d’être dans un nouveau monde. Un cosplay réussi est celui dans lequel on a mis tout son amour et surtout où l’on joue le jeu.

Les nouveaux médias prennent en compte de ce phénomène, et il y a une interactivité entre le physiologique et le visuel. En effet, les réseaux sociaux véhiculent sur la toile les photos des cosplayers et même de leur mode de fabrication. Par conséquence, il y a une modification de la conscience de soi, par les téléphones portables, Sha-mail ou Purikura : éliminer la timidité, changer de caractère puisque le cosplayers incarne son personnage (de manga ou de jeu vidéo). Les personnes qui pratiquent le cosplay doivent jouer à la perfection leur personnage choisit.

Ainsi, fabriquer son propre cosplay apporte de la satisfaction et de la fierté, ce qui nous donne envie d’exposer notre travail, et donc de s’exposer soi-même aux autres.

Exemple d’un cosplayeur fabriquant sont propre costume http://www.youtube.com/watch?v=yYzikgS_vOU

 

This entry was posted in Rapport 4 28/11/2013. Bookmark the permalink.