Médias mobiles et nouvelle littérature

Au Japon, le téléphone sert aussi pour des millions de personnes à lire et à écrire…

La naissance du portable crée une nouvelle utilisation de la téléphonie qui permet l’envoi et la réception de textes courts : sms/mails, ce qui détourne le sens même du nom de l’appareil utilisé qui est censé être un outil pour appeler.
Il devient aujourd’hui multifonction, rendant la fonction de téléphone obsolète.

Dans les années 2000 au Japon naît un nouveau mouvement appelé « keitai shôsetsu » que l’on peut littéralement traduire par roman de téléphone portable, qui depuis a fait des millions d’adeptes.

Ces romans mobiles s’adressent à un jeune public, et partent souvent d’une auto fiction, l’auteur publie sous un pseudonyme, et peut interagir par le biais des commentaires avec ses lecteurs, cette démarche leur permet une identification, les lecteurs peuvent ainsi se reconnaître, à travers ces romans.
L’auteur s’inspire alors des commentaires des lecteurs pour modifier ses récits, surtout quand il voit son lectorat diminuer.

Cette démarche pose alors la question d’accessibilité, il y a dans cela une manière d’ouvrir à un nouveau public le support « roman», les ados qui n’iraient sans doute pas d’eux même consulter des romans en librairies ont accès par ce biais à une sorte de littérature nouvelle.

Avec le média mobile qui possède une capacité d’instantanéité, les publications deviennent directes, on peut écrire et publier dans le même temps, ce qui permet à une grande partie de la population de s’essayer à ce nouveau type de romans, au vocabulaire souvent restreints (engendré par le langage sms) et qui de manière général restent des récits courts donc accessible pendant un temps de transports.

Cette nouvelle forme de romans, rejoint le phénomène des réseaux sociaux avec l’exposition permanente de sa vie privée, des ses actions, ses publications de statuts, qui sont aujourd’hui un vrai phénomène de société, car tout cela aborde des thèmes sociaux en rapport avec cette génération, qui a besoin du regard d‘autrui, ce n‘est pas seulement du voyeurisme mais un besoin de s‘exprimer sur son quotidien.

En France pourtant ce mouvement ne risque pas d’apparaître, car les Français restent attachés au format livre, il y a pourtant des formes littéraires variées, le E-book a fait son apparition et sa praticité d’usage le rend de plus en plus utilisé dans les lieux publics, il y a aussi les blogs, qui s’essaient à l’écriture de poèmes, de nouvelles, le journalisme amateurs etc… malgré cela le téléphone en France conserve sa fonction primaire : téléphoner.

 

This entry was posted in Rapport 3 21/11/2013. Bookmark the permalink.