Les médias mobiles dans la création littéraire

Au Japon s’est développé une nouvelle forme de roman : le roman sur téléphone portable ou le keitai shosetsu. Tout le monde peut en écrire et le publier, on peut commenter et guider l’auteur pour la suite de l’histoire. Les romans ayant le plus de succées sont parfois même publier.

Dans les autres pays, ce n’est pas vraiment développé mais on voit de plus en plus souvent des personnes écrire des fanfictions et les poster sur internet. Mettant en scène des couples improbable de la fictions ou la réalité. Dans ce cas là, il est aussi possible de commenter et guider l’auteur, lui demander d’écrire un chapitre de plus ou une autre fin.

Avec les caractères japonais, rendant les textes beaucoup plus court que s’il était en français, il est facile d’écrire une petite histoire dans un texto. Les Japonais utilise très souvent leur portables dans les transports en commun pour lire ces histoires ou encore en écrire. Il arrive même qu’ils écrivent en marchant. Des nouveaux caractères sont crées quelques fois pour que lorsqu’on lit dans le métro par exemple, la personne à côté ne comprenne pas, il y a même des gadgets qui se répendent pour rendre l’écran invible (noir) tourné à un certain degré.

Le fait qu’on puisse resté anonyme permet aux auteurs de se lachés et raconter leur propre histoire sans avoir honte.

This entry was posted in Rapport 3 21/11/2013. Bookmark the permalink.