Cinq courtes histoires

  • La maison

« La curiosité est un vilain défaut », on me répétait sans arrêt cette phrase quand j’étais petite. À l’époque, ça passait par une oreille et ça ressortait par l’autre. Je n’en faisais qu’à ma tête.

Un jour, j’avais de nouveau laissé cette leçon de côté, laissant ma curiosité me guidait dans une ancienne maison abandonnée. À l’intérieur, des bouts de verres trainés, des portes condamnées et l’ensemble des pièces était couvert de poussière.  Grâce à la faible lumière du jour, j’avais pu m’apercevoir d’un escalier qui menait à l’étage du haut. En l’empruntant, j’entendis et sentis des grincements sinistres à chaque pas que je faisais sur les marches de l’escalier. On aurait dit un avertissement adressé à moi. Je me sentis mal à l’aise, mais je n’ai pas fait demi-tour.

En arrivant en haut du palier, j’avais tout de suite remarqué un miroir installé dans la pièce de gauche. Je vis de loin mon reflet. Et une autre vague silhouette présente dans cette pièce. Je n’avais pas su la distinguer clairement, mais je savais que ce n’était pas mon ombre et qu’elle avait une forme humaine. Je ne pourrais l’affirmer. En tous les cas, cela m’avait suffi pour prendre mes jambes à mon cou et à m’enfuir loin de cette maison.

Aujourd’hui, j’ignore toujours ce que c’était. Peut-être que c’était juste mon imagination, mais ce souvenir me donne encore des sueurs froides.

 La maison

  • Coup de fil

De mon point de vue, le téléphone est une loterie.

Un jour, vous recevez un coup de fil « miraculeux ». Celui qui vous fait bondir de joie, qui vous donnera l’impression d’être la personne la plus chanceuse au monde. Une nouvelle qui vous ôte toutes les angoisses que vous aviez accumulées au cours de ses dernières semaines. Aussitôt, vous avertissez tout votre entourage de cette nouvelle. Vous en êtes fières et vous le fêtez avec eux sans honte. Cet instant vous le savourez lentement, car il est rare, vous en avez parfaitement conscience. Dans votre euphorie, vous voyez votre avenir avec un regard empli d’optimiste et de bonheur. Cela vous donne le courage de poursuivre vos projets, de les accomplir, et ce, malgré les nombreux obstacles qui vous restent à franchir. Votre sentiment de confiance est à son paroxysme et vous saviez au fond de vous que vous pouviez y arriver.

Je l’ai vécue et je n’y crois toujours pas, la chance m’a souri.

Puis un autre jour, il vous annonce en quelques secondes une nouvelle qui effondre votre monde. Le choc vous tétanise en premier lieu, vous essayez de comprendre le sens de cette phrase en vain. Quand vous en preniez ensuite conscience, la tristesse vous submerge, les larmes vous montent rapidement aux yeux. Vous essayez de nier la réalité tant elle est douloureuse, mais vous ne pouviez ignorer ce serrement brusque au cœur comme si une main s’amusait cruellement à l’écraser. Vous ne pouvez pas l’échapper. Enfin, le sentiment de vide s’installe, elle est omniprésente. Tout vous semble fade et sans importance, vous vous fichez à l’instant du monde qui vous entoure.  Vous restez dans votre bulle le regard dans le vide, en pensant avec beaucoup de regret les erreurs que vous avez commises dans le passé.

Je l’ai malheureusement vécue, mais je vais de l’avant en acceptant le fait que c’est terminé.

Maintenant, quand le téléphone sonne, je ne peux que croiser les doigts et espérer.

Coup de fil

  • Tornade

Impossible de voyager, tous les trains étaient bloqués.

Impossible de sortir de chez soi, c’était trop dangereux.

J’avais huit ans quand une immense tornade avait frappé notre ville de plein fouet. C’était impressionnant. Avec ma famille, on était tous réunis dans le salon en attendant que la tempête se calme un peu. On n’osait pas rejoindre l’étage du dessus, les bruits causés par la tempête nous déstabilisèrent. On ne voulait en aucun cas rejoindre nos chambres respectives, la séparation me paraissait inimaginable dans ce genre de situation. Nous voulions nous sentir plus apaisés et protégés en restant auprès des uns.

Je me souviens que mes grands-parents étaient présents, l’ambiance me semblait plus rassurante grâce à eux. Nous nous racontions et partagions des histoires pendant la nuit. Je me souviens également des nombreux jeux de société extirpés de nos placards. En jouant, nous tombions dans l’insouciance et la bonne humeur. Nous arrivions même à oublier la tempête et les dégâts qu’elle causait. Le lendemain, la tornade n’était plus présente, tout était redevenu calme.

Finalement, cette nuit n’était pas un si terrible souvenir.

Tornade

  • Voyage en Angleterre

C’était l’une des rares fois que nous voyageons dans un pays étranger.

Moi et mon frère avions trainé nos bagages jusqu’à ce qu’on arrive à repérer notre hôtel. Nous étions déjà fatigués par le voyage néanmoins, ça valait largement la peine.

Nous avions eu très peu de jours pour visiter les alentours de Londres. Nous essayions d’êtres les plus efficaces que possible, nous avions alors marché du matin jusqu’au soir. Nos pieds s’en souviennent encore de ce douloureux marathon. C’était le prix à payer pour visiter des monuments comme le Big Ben et le Buckingham Palace, ou encore la célèbre rue de Baker Street.

C’était également l’occasion d’améliorer notre anglais, mais avec notre accent, on arrivait à des résultats assez atypiques. Lors d’un repas, nous nous étions mal compris et la serveuse nous a apporté des plats qui n’avaient rien à voir avec notre commande. Comme quoi, on ne peut pas réussir à tous les coups, mais ça ne fait rien. Hormis cette petite erreur, nous finissions par nous faire comprendre auprès des Anglais qui eurent la patience de nous écouter jusqu’au bout.

Nous étions tous les deux satisfaits et espérions de renouveler cette expérience. À notre retour, l’humeur était encore festive, nous étions bientôt Noël.

voyageangleterre

  • Hallucinations

La vision trouble et le front fiévreux,

Des ombres dansent sous mes yeux,

Ces spectres profitent de ma faiblesse

Déambulant à mon chevet,

Affichant des sourires emplis d’arrogance,

Ils se délectent de ma souffrance

Qu’ils me laissent en paix !

Mais ma prière n’est pas exaucée,

Ils continuent à me tourmenter,

Au lever du soleil, les démons ont disparu

Je ne les ai plus jamais revus

Hallucinations

This entry was posted in journal intime/ autofiction 2014. Bookmark the permalink.