Rapport 2

Bien que j’en aie commencé plusieurs, à différents moments de ma vie, je n’ai jamais réussi à tenir un journal intime sur la durée, et ce pour plusieurs raisons : soit j’avais peur qu’on le trouve, ou alors je me trouvais ridicule. Une fois, il m’est même arrivé de le fermer à clé et de perdre cette clé. Impossibilité technique d’ouvrir le journal, arrêt forcé du journal.

Pour ce qui est de publier un journal intime sur Internet, c’est devenu une chose plutôt fréquente. J’ai déjà rencontré plusieurs formes de journaux : textes, blogs d’illustrateurs, etc.
Dans le cas du blog d’illustrateur, dont je parle car j’en suis beaucoup, il s’agit souvent de vignettes dans lesquelles l’auteur(e) se met en scène dans sa vie quotidienne, la plupart du temps de façon exagérée pour rendre la situation humoristique.
Ayant moi-même l’intention d’ouvrir un blog où je publierais mes dessins, je me pose cette question : jusqu’où peut-on mettre sa vie en scène? Est-ce que parler de son intimité (tant sur le plan psychologique que physique), de l’exposer aux yeux de tous les lecteurs, est une bonne idée?
De façon plus générale, est-ce qu’on peut encore parler de “journal intime” lorsque des milliers de personnes viennent le consulter chaque jour? Cela me semble difficile : ça n’a plus rien de personnel, les moindres détails de notre vie sont connus de tous, ou du moins à la portée de tous.
Je pense qu’il faut donc savoir faire la part des choses quand on décide de publier sa vie sur Internet, car si on n’en est pas capable, on risque de se laisser dépasser par les conséquences que vont avoir ces notes de blog sur notre vie.

This entry was posted in création littéraire 2014 rapport 2. Bookmark the permalink.