Journal Intime ou Journal Online ? – Rapport 2

 Mercredi 8 juillet 1942

Chère Kitty,

Depuis dimanche matin, on dirait que des années se sont écoulées, il s’est passé tant de choses qu’il me semble que le monde entier s’est mis tout à coup sens dessus dessous, mais tu vois, Kitty, je vis encore et c’est le principal, dit Papa 

Voilà un extrait provenant tout droit du Journal Intime d’Anne Franck. Elle nous fera comprendre pour encore des générations à venir que coucher des mots sur du papier et l’une des meilleures façons d’extérioriser sa pensée. Consciente que son journal ne serait certainement jamais lu, Anne s’est totalement livrée sans peur d’être jugée, au point de s’inventer une amie imaginaire.

Aujourd’hui, internet – qui regroupe réseaux sociaux, blog, et autres plateformes permettant l’exposition de soi – a permis à un grand nombre de personne de se dévoiler. Certains choisissent l’anonymat à l’aide de pseudonyme par méfiance, discrétion. Mais d’autres aime être vu, lu et commenté.

Pour ceux qui tente des confessions intimes et ne se sente consciemment pas influencés par le regard des autres, ne se rendent pas forcément compte qu’autrui est un facteur prépondérant.

  • Prenons l’exemple d’une personne X sur Facebook. X voudra, consciemment ou inconsciemment, que son statut soit commenté, lu, qu’il intéresse les amis de son réseau.  Pour cela, X soignera sûrement son écriture, se sentira obligé de marquer quelque chose de drôle. Il pourra même bien mentir sur ce qu’il lui est arrivé au cours de la journée pour susciter des réactions.

L’esprit, lorsque qu’il est confronté aux autres, se sent évidemment plus restreint et moins libre que sur papier ou une page vierge de Open Office qui restera au fond de la mémoire de l’ordinateur.

S’exposer à la vue de tous, en ligne, ne présente pas que des désavantages.  Tout en gardant une distance et une limite à sa liberté d’expression, il n’est pas nouveau que le net ( notamment les réseaux sociaux ) sont créateurs de liens sociaux.

  • Si X poste un statut sur Facebook et provoque une réponse positive, compréhensive, etc ..  de Y, X se sentira mieux d’avoir publié son statut sur un réseau social plutôt que d’avoir écris telle ou telle pensée dans son journal intime garnit de page jaunit par le temps. 

 

This entry was posted in création littéraire 2014 rapport 2. Bookmark the permalink.