Exposition de soi et dispositifs mobiles : rapport n°1

Marshall Mcluhan philosophe et sociologue canadien, membre de l’école de communication de Toronto , est l’un des principaux fondateurs des études contemporaines sur les médias et leurs l’influences sur l’ensemble de la société. En 1964 il publie un livre pour mieux comprendre les médias

Il y a plusieurs notions clés dans la théorie de Marshall McLuhan :

Tout d’abord le village global, tiré de son ouvrage « the medium is the message » défini pour lui le fait qu’avec les nouveaux médias, la suprématie de l’esprit soit remise en cause, le monde ne deviendrait plus qu’un seul et grand village avec la même culture. Tout le monde vivrait dans un même temps a un même rythme et donc dans un même espace. Il distingue alors quatre caractéristiques liés au village global, l’interactivité, la communauté, la vitalité et la variété.

Le message est pour lui le médium car il change, toutes les technologies créent petit à petit un milieu humain totalement nouveau. Le fait essentiel de la communication est de combiner la communication et les médias plutôt que des messages communiqués. Le message est un accessoire, le véritable message est le média en lui même. Le médium de communication a plus d’importance que le contenu.

Il y a deux médias différents pour lui, le média froid, exemple le téléphone et le média chaud, exemple le cinéma. Le média chaud prolonge un seul sens et lui donne une haute définition, car il porte une grande quantité de donné, alors que le média froid lui envoie une faible quantité d’information.

Et enfin, sa dernière notion est la tétrade des effets des médias qui est constitué de quatre notions, le renforcement, la désuétude, le rétablissement et le renversement.

Pour Marshall McLuhan, les médias sont le prolongement du corps et du système nerveux destiné à accroître la force et la rapidité. Voir ou utiliser un prolongement de soi-même sous une forme technologique c’est forcément s’y soumettre.

This entry was posted in rapport1 Exposition de soi 2014. Bookmark the permalink.