Rapport n°1 : Marshall McLuhan

Marshall McLuhan (1911-1980) est un philosophe et sociologue canadien, professeur de littérature anglaise et membre de l’école de communication de Toronto. Mais il est surtout l’auteur de Pour comprendre les médias, en 1964, livre où il énonce sa théorie des médias. Il base son analyse sur une idée qui veut que le médium est le véritable message :

« […] en réalité et en pratique, le vrai message, c’est le médium lui-même, c’est-à-dire, tout simplement, que les effets d’un médium sur l’individu ou sur la société dépendent du changement d’échelle que produit chaque nouvelle technologie, chaque prolongement de nous-mêmes, dans notre vie. »

Il énonce ainsi cinq notions clefs : 
1. Le message est le médium
 : C’est la nature du média lui-même qui est importante, la forme du message et non pas le fond. C’est le fait d’être ici et ailleurs, à travers l’objet, qui est révolutionnaire et a un tel impact sur la société.
On peut faire un parallèle avec le chemin de fer qui n’a pas amené le transport, mais qui en amplifiant les fonctions humaines existantes a changer le monde. Et ce indifféremment des marchandises qu’il transportait.

2. Le village global 
: Le monde entier est aujourd’hui connecté. Les ensembles de micro-sociétés se fondent en une seule. La communication instantanée a aboli les frontières de l’espace et du temps.
On trouve quatre caractéristiques : la forte disponibilité associée à un faible délais de réponse (interactivité), des lieux/langages/références communs (communauté), une grande variété de mots, d’images et de sons, et une vitalité avec un renouvellement des actions collectives. Ces caractéristiques mènent à trois conséquences : un bilinguisme et tribalisme avec un renforcement des identités, une captation des décisions, et des prises de conscience planétaires (préoccupations communes sur les ressources et sur la petitesse de la Terre).

3. Le prolongement du corps humain 
: le médium peut devenir un prolongement de nous-même, tel un model réduit de nous-même ou une auto-emputation de nos corps. Comme la voiture et le train remplacent nos jambes, les casques et écouteurs sont comme des prolongement de nos oreilles et changent notre écoute du monde. 

4. média chaud/média froid : Un média dit “chaud” est un média qui ne permet pas d’interactivité, il est a haute définition et renvois ainsi beaucoup d’informations. On trouve dans cette catégorie la radio ou le cinéma par exemple. Un média dit “froid” est un média en basse définition, il renvoie peu d’informations. Il permet une plus grand interactivité.  On trouve dans cette catégorie le téléphone par exemple.
Ainsi un livre est un chaud, tandis qu’une conversation est un médium froid. 

5. La tétrade des effets des médias :
a. renforcement : qu’améliorent-ils ?
b. désuétude : que rendent-ils obsolète ?
c. rétablissement : que font-il re-apparaître qui était devenu obsolète ?
d. renversement : que deviennent-ils poussés à l’extrême ?
Si on prend l’exemple du téléphone portable on peut dire en suivant cette tétrade que :
a. Il renforce les communications interpersonnelles par un faible délais de réponse et une grande accessibilité.
b. Il rend obsolète les cabines téléphoniques, l’anonymat, l’isolement et le foyer.
c. Il fait renaître la culture tribale, l’espace acoustique et les appareils photo.
d. Il peut devenir un message privé, des lettres, “l’expéditeur est expédié”.
Au Japon, une enquête réalisée en 2004 par Yoshitaru Tachibana sur la tétrade et le keitai (téléphone portable) a mise en évidence certains caractéristiques :
a. Renforcement :
– fétichisme
– désir d’une collection de téléphones
– expression de la langue japonaise
– complexité de la courtoisie
– la surveillance
– esprit esthétique et sensibilité pour la beauté
– relation humaines, rencontres, informations, communication (vitesse)
– le crimes (contraventions)
b. Désuétude :
– sensibilité pour saisir l’atmosphère, comprendre les sentiments
– être attentif à son attitude
– manque de l’écriture
– ponctualité
– communication direct et orale
c. Rétablissement :
– communication intime
– compétence de s’exprimer avec des phrases courtes
– livres numériques
– conscience corporelle (par rapport à autrui)
– frustration et dilemme
– audition sensible (sonnerie, vibration)
d. Renversement :
– l’accessoire (parure)
– objet de la mémoire, du souvenir
– bric à brac embarrassant
– ordinateur
– avatar, alter-ego, extension de soi
– le jouet
– l’arme et la menace (informations privées)

On peut se demander aujourd’hui si cette tétrade est vraiment valable pour les nouveaux médias, tout comme la notion de village globale, car on trouve encore tout de même des différences de cultures partout dans le monde.

 

 

 

 

 

This entry was posted in rapport1 Exposition de soi 2014. Bookmark the permalink.