Rapport n°1

Le média mobile a pour objectif premier la communication instantanée. Ce processus de transmission est au cœur de la mondialisation et est devenu un phénomène planétaire. Selon Marshall McLuhan, le plus important ce n’est pas le message, mais son dispositif où est contenu son message, c’est-à-dire dans un certain sens son mode de transmission.
Le XXIe siècle est l’âge de la technologie. En effet, la technologie est omniprésente dans notre société et ne cesse d’évoluer, au point que cela instaure une certaine dépendance vis-à-vis de celle-ci et cela à juste titre. D’après McLuhan, le média mobile est le prolongement de notre être, de nous-mêmes, c’est-à-dire de nos organes physiques et de notre système nerveux, de sorte que cela permet d’accroître la force et la rapidité. Toutefois, le fait que nous soyons dépendants de cette technologie influence sur notre perception et sur notre comportement en société au sein d’une communauté et cela à cause de ses nombreux avantages. En effet, nous recevons une réponse instantanée, il n’y a pas de perte de temps, car nous vivons dans une société de l’immédiateté, le média mobile a un faible coût, nous pouvons échanger sur des préoccupations communes à tout moment. Marshall McLuhan parle dans ce cas de « village global », c’est-à-dire que pour lui le fait qu’une personne soit rattachée à un même réseau et qu’il puisse récupérer l’information dans l’immédiateté où qu’il soit, lui fait penser à un village commun, virtuel.
Il y a deux types de médias : les médias chauds et les médias froids. Les médias chauds sont les médias tels que la radio et le cinéma qui transmettent une grande quantité de données, d’informations et qui ne nécessitent pas qu’on y ajoute quelque chose, tandis que les médias froids partagent une faible quantité d’information laissant ainsi une certaine complémentarité extérieure, comme pour le téléphone.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.