Rapport:Marshall McLuhan

Résumé du cours:Marshall McLuhan

Herbert Marshall McLuhan(1911-1980) était un intellectuel canadien.Professeur de littérature anglaise, sociologue et théoricien de la communication, il est l’un des fondateurs des études contemporaines sur les médias.

D’après son ouvrage  « Pour comprendre les médias » paru en 1964 nous avons relevés que la thèse principale abordée est « le médium est le message ».

McLuhan nous démontre que le message,contenu de la communication, est accessoire le véritable message étant le média lui même.Il adopte une définition extensive du « médium », comprenant toute technique qui prolonge le corps humain ou les sens.

Les 5 notions principales à voir chez Marshall McLuhan :

Le village global/village planétaire: effets de la mondialisation,des médias et des technologies de l’information et de la communication.La capacité, pour une personne, à récupérer des informations très rapidement en n’importe quel point de la planète (raccordé à un réseau) donne l’impression d’être dans le même endroit virtuel, dans le même village.Quatre caractéristiques(interactivité, communauté, variété, et vitalité) et trois conséquences(bilinguisme-tribalisme, captations des décisions, et prise de conscience planétaire

Le message c’est le médium

Le prolongement du corps humain

Média chauds et média froids:Un medium est dit « froid lorsqu’il encourage la participation de son audience, dès lors qu’il lui fournit peu d’informations. À l’inverse, un medium est dit chaud lorsque, fournissant beaucoup d’informations à son audience, il favorise en même temps sa passivité ». Dans ces conditions, Marshall McLuhan classe parmi les média chauds la presse, la radio et le cinéma et, parmi les médias froids, l’affichage et la télévision.

La tétrade des effets des médias:

C’est son fils Eric qui fait paraître à titre posthume Laws of Media (1988), recueil dans lequel les réflexions de McLuhan forment une tétrade concise portant sur les effets des médias. Ces quatre lois montrent combien les questions de pédagogie préoccupent constamment McLuhan:

  1. Qu’améliore-t-il?
  2. Que rend-il désuet?
  3. Que fait-il disparaître qui avait été désuet?
  4. Que devient-il lorsqu’on le pousse à l’extrême?

 

 

 

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.