Rapport N°2; Snapchat, média éphémère.

Snapchat, dont le nom vient de la contraction de “snap pictures” (=prendre des photos) et “chat” (=discuter) est une application mobile lancé en 2011 par deux étudiants de l’université Stanford, en Californie, Evan Spiegel (22ans) et Bobby Murphy (24ans).

 

Cette application permet d’envoyer des messages comprenant une photo et une vidéo et une ligne de texte a ses contact. Sa différence avec les autres réseaux sociaux de ce type réside dans le temps de visionnage du média. L’utilisateur choisis un temps, entre 1 et 10secondes, après lequel le média disparaît, du téléphone émetteur et du téléphone récepteur.

 

Le concepte de cette tranche de vie éphémère séduis vite les adolescents , l’application devient une mode et l’envois de snapchat peut aller jusqu’à 200 par jours, pour un seul utilisateur.

 

Alors pourquoi tant d’engouement ? Quel utilisation en fait la communauté ?

 

Le mouvement des réseaux sociaux est de plus en plus fort, et les gens sont de plus en plus connecté. Snapchat a su ajouter du “fun” a son service, en proposant un temps imparti a l’image. Comme une vision fugace, qui arrache un sourire a celui qui le reçoit. Se prendre en photo, et surprendre par sa photo devient alors un jeu, une distraction qui provoque l’attente et le suspense d’ouvrir le snapchat, que l’on ne verra que quelque secondes. Comme une sorte d’empressement.

Cette notion “d’éphémère” colle bien aux technologies et train de vie rapides qui sont les notres aujourd’hui. Le snapchat n’est pas pris au sérieux, puisqu’il sera effacé quelques secondes plus tard, on ne passe pas de temps a choisir le cadrage, a faire une “belle” photo, on envois simplement un petit moment pris sur le vif pour communiquer un instant ou sentiments précis.

 

Cette petite start-up lance alors le besoin frénétique de communiqué des petites choses de nos vies person

nelles, sans importances par nature puisque supprimées juste apres. Et bien que les utilisateurs  aient trouver le moyen de conservé une trace de la photo grâce au screenshot, l’effet de surprise reste tout autant addictif, et la possibilité de limité la photo a 1seconde permet encore l’envois des photos dites “dossier” ( que l’on ne montrerai pas a tout le monde.)qui font la spécificité de snapchat.

 

Mais ces photos sont-elles vraiment éphémères ?

 

Snapchat est un réseau social, de ce fait, il expose la vie quotidienne et privée de ses utilisateurs. Ceux-ci postent chaque moment de leur journée pour l’envoyé a leurs proches. Considérées comme “effacées” par l’utilisateur, il ne s’inquiète plus pour ces photos. Mais sont-elles vraiment effacées ? La vie privé, que l’utilisateur expose pourtant volontairement, reste-elle vraiment privé ? En janvier 2014, un groupe de hacker “White Hat” met en ligne pendant quelques heures les données personnelles de 4,6 millions d’utilisateurs (comprenant leur numéro de téléphone, amputé par les hackers.), dans le but d’alerté snapchat sur sa faible sécurité. Mais la société n’a opéré que quelques “rafistolages”, malgré cet avertissement et reste, d’après les hackers, vulnérable.

 

Cette exposition, bien que soi-disant temporaire, reste donc dangereuse pour la vie privé des utilisateurs.

 

Cela nous ammène a la conclure sur la question de la médiation de la vie privé par les réseaux sociaux. Comment assuré la sécurité de ces données ? Et plus paradoxale, il peut-on vraiment vouloir exposer sa vie privée sur le net, et tout de même exigée que celle-ci ne soit pas dévoilée ?

heres-why-snapchat-actually-has-a-very-clear-path-to-success-as-an-ad-driven-business

This entry was posted in rapport2 Exposition de soi 2014. Bookmark the permalink.