Rapport 2: la tétrade

WhatsApp Messenger

WhatsApp Messenger est une application de messagerie réservée aux smartphones qu’il trait officiellement plus que 2 milliards de messages par jour (Le Temps, «WhatsApp, deux milliards de messages par jour,» 29 mai 2012.) Selon le Financial Times, WhatsApp réussit à­ avoir la même influence dans l’industrie des téléphones portables qui a eu Skype concernant les appels internationaux (Financial Times, « WhatsApp users get the message » 14 Novembre, 2011).

WhatsApp propose l’envoi de messages, en duo ou en group, sous forme de texte, image ou vidéo. Ses utilisateurs même partagent leur localisation géographique actuelle.

Qu’améliore-t-il?

Portent les plusieurs nouveaux avantages, WhatsApp a beaucoup amélioré l’expérience des utilisateurs grâce à sa simplicité et sa présence sur toutes les plateformes.  Elle permit utilisateurs de n’importe quel géographie de s’envoyer messages de texte, des fichiers audio et des photos, même ensemble en group. En plus, WhatsApp les fait savoir quand leur message est envoyé avec succès, entre tous systèmes d’exploitation. Finalement, avec WhatsApp il n’y a pas besoin de sauvegarder les contacts car l’application ajoute automatiquement le carnet d’adresses du téléphone et des amis sur Facebook pour détecter les contacts abonnés à WhatsApp.

Que rend-il désuet?

Ce technologie rend désuet l’utilisation des portables pour des appels, et par extension, notre parole. Aux Etats-Unis pour exemple, selon un rapport publié par le centre de Pew Research Center et projet d’American la majorité des adultes américains préfèrent la messagerie texte, avec 73 pour cent utilisent leur téléphone pour envoyer et recevoir des textes. (CBS Miami, « Study: Texting Preferred Over Verbal Conversation” 20 Septembre 2011). On fait la conversation orale de moins en moins, préférant s’écrire et avec WhatsApp il n’a jamais été aussi facile.

Que rétablit-il qui avait été désuet?

Pour les consommateurs qui ont des contacts internationaux ou qui s’abonnent aux plans de service limités,  cette application rétablit l’envoi de SMS. L’application permit les utilisateurs des tous systèmes d’exploitation à envoyer des SMS gratuitement ou pourtant avant d’introduction du WhatsApp l’échange des messages entre utilisateurs de services téléphoniques et surtout internationalement a couté cher.

Que devient-il lorsqu’on le pousse à l’extrême?

Mais il y a des limites à la capacité d’envoyer des SMS pour permettre la conversation. WhatsApp peut alors devenir notre nouveau téléphone, notre parole parlée transformée en texte. Et dans ce cas, le media perd l’efficacité et vitesse et peut-être le plus important la capacité de transmettre totalement nos intentions.

 

About juliana.mcbride

Comme je fais partie de la nouvelle génération de Twitter, Facebook et SMS, je suis naturellement intéressée par l'influence des technologies modernes sur la façon d'interaction sociale, les processus cognitifs et la compréhension de soi-même. C'est incontestable que les médias mobiles sont devenus bien q'un moyen de se parler et ils sont une caractéristique décisive de notre interaction avec le monde. Du coup, j'admis que pendant que j’écris ce rapport, je suis aussi en train de lire des nouvelles et de parler avec des amis sur mon iPhone et sur Gchat et sur Facebook sur mon ordinateur en même temps. Au niveau personnel, la capacité des médias mobiles de surmonter les barrières de temps, de distance et culturelles est aussi devenu personnellement important à moi comme une étrangère ici en France. Je suis reconnaissante à ces technologies pour m'aider maintenir les relations avec ma famille et mes amis malgré notre distance. Néanmoins, je prends connaissance aussi des autres ramifications négatives qui sont créées par les médias mobiles qu'il faut examiner--ce qu'on a perdu en échange des avantages de l'aise de communication, les nouveaux périls d'égoïsme et "information overshare" et la distance sociale qu'on a créé en train de traverser les distances spatiaux. Alors, j'ai décidé de suivre ce cours afin de mieux comprendre les effets d’être une citoyenne de « génération Facebook ».
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.