“Solo Wedding” par Haru Otani rapport 3.5

Venue tout droit du Japon, Haru Otani danseuse contemporaine, nous a proposé le 26 novembre dernier: “Solo Wedding”. Dans son oeuvre elle exprime sa vision du mariage tout en la confrontant aux traditions japonaises.

Au Japon, le mariage est quasiment une obligation sociale surtout pour les femmes. Il existe un grand respect des rites traditionnels et de nos jours encore, l’union matrimonial peut être issue d’un arrangement.
Mais les mentalités ont évolué et ont permis la naissance du ta-ta-TA: Solo Wedding, ou mariage solo. C’est un -des nombreux- phénomène japonais de juin 2014 qui permet aux femmes (célibataires, divorcées…) de s’offrir la magie du mariage sans mari. Cet évènement comprend la robe, le bouquet, la mise en beauté, des photos avec un mannequin et une nuit dans un hôtel de luxe (sans le mannequin cette fois-ci malheuresement…). Evidemment ce n’est pas gratuit, il faut compter au moins 2000 euros pour ces deux jours, eh oui. Cette invention certes surprenante permet à la femme de réaliser son rêve de petite fille et d’ être une vraie princesse pendant un temps sans avoir à “se coltiner gugus jusqu’à la fin de sa vie” et en même temps conserve cette institution tout en la modernisant, pour une fois c’est madame qui décide #GirlPower.

Haru nous présente alors sa propre interprétation soutenue par quelques lignes qui expriment ses pensées et qui m’ont rappelé cette célèbre citation de Jesaispaski ” être célibataire ne signifie pas que vous êtes faible, mais que vous êtes assez fort pour attendre ce que vous méritez vraiment” un truc du genre.
J’ai tenté d’analyser sa performance et voici ce que j’ai cru comprendre: je dénote (ouh ça se dit ce mot?) plusieurs étapes dans sa danse et une évolution.Le début ressemble à un échauffement; dos au public elle saute, fait des jeux de jambes un peu enfantins (comme si elle jouait à la marelle) elle se prépare. Prête, elle se retourne, se présente en faisant une révérence et la musique démarre *tutu tulutu* elle marche d’un pas léger, lent et est courbée; comme si cet acte était un fardeau. En se redressant elle montre le dos de sa main, ce qu’elle fera à plusieurs reprises. C’est donc un geste symbolique puisqu’elle montre son alliance. Oui. Un peu comme Beyoncé dans “Single Ladies”. Elle élance ensuite ses bras puis la chorégraphie commence réellement quand son corps entier est en mouvement, comme quand une cérémonie démarre et que tous nos sens sont en éveil. Finalement elle se jette au sol, comme épuisée mais se relève finalement et fait des flexions répétitives comme si la suite de sa vie ne se résumerait qu’à ça.(je sais pas si c’est clair c’que j’veux dire) la musique s’arrête. À la fin elle parait regarder une personne “absente”, un homme? Elle le touche, tourne autour puis revient courbée comme au commencement. J’ai eu l’impression qu’elle voulait montrer que le mariage est une épreuve qui bouleverse le cours d’une vie.

Encore un grand bravo a l’artiste qui nous a offert une prestation poétique et originale sur la place de la femme dans cette coutume qu’est le mariage.image

This entry was posted in rapport3 Exposition de soi 2014, Solo Wedding 2014, Uncategorized. Bookmark the permalink.