Rapport n° 3 : exposition de soi à travers l’écriture de soi – l’exemple de « Double Jeux » de Sophie Calle

Pour traiter ce troisième rapport, j’ai décidé de me concentrer sur l’oeuvre Double Jeux de l’artiste Sophie Calle.

Cette oeuvre se compose de trois projets divisés en sept livres et est issue d’une collaboration avec l’écrivain Paul Auster.
C’est le récit de deux histoires croisées : celle de Sophie Calle et celle de Maria, personnage imaginé par Paul Aster dans son livre Leviathan, (très) inspiré par la vie de son amie photographe. Maria est en fait une sorte de version romanesque de Sophie.

Le premier projet est contenu dans le livre un : il s’agit de la vie de Maria et de comment elle a influencé celle de Sophie.
Sophie Calle expérimente dans ce livre différents projets imaginés par Paul Aster dans la vie de Maria.
Par exemple, elle tente l’expérience du régime chromatique, où il est question, pendant une semaine, de ne manger chaque jour des aliments que d’une seule et même couleur. Le lundi des produits oranges, le mardi des produits rouge, le mercredi des produits blanc, etc. jusqu’au dimanche où Sophie Calle décide de réunir tous les repas de la semaine lors d’un repas entre amis.

double-game-003-900x500

Le deuxième projet se situe entre les livres deux à six : il s’agit de la vie de Sophie et de comment elle a influencé celle de Maria.
On va pouvoir observer ici les rituels de Sophie Calle qui ont inspiré le personnage de Maria.
Par exemple, il y a celui du Carnet d’adresse, où Sophie trouva un carnet d’adresse dans la rue, et décida de le photocopier avant de le renvoyer. Elle contacta alors chaque personne du carnet pour qu’elles lui décrivent son propriétaire.
Sophie Calle voulait ainsi se faire une image de cette personne sans l’avoir jamais vue ni lui avoir jamais parlé.
Autre exemple : l’expérience de l’Hotel, pendant laquelle Sophie Calle s’est faite engagée comme femme de chambre dans un hôtel pendant trois semaines pour enquêter sur ses clients au travers de leur cadre de vie et des éléments qu’ils laissaient dans leur chambre.

double-game-009-900x500Enfin, le troisième projet occupe le septième et dernier livre : Gotham Handbook. Il s’agit de l’une des nombreuses façons de mêler la fiction à la réalité, ou comment tenter de devenir un personnage de roman.
Pour ce projet, Paul Auster crée un nouveau personnage pour Sophie Calle à sa demande. C’est un personnage qu’elle va devoir incarner au mieux, pendant un an maximum. Ce n’est plus le personnage qui est inspiré par une personne, mais une personne qui est inspirée par un personnage. Paul Auster écrit donc les instructions personnelles pour Sophie Calle afin d’améliorer les conditions de vie à New York (parce qu’elle me l’a demandé).

La première de ces instructions est celle de sourire.

Souris tout le temps, à des inconnus, aux serveurs, aux employés de banque, etc. Et compte les sourires que tu auras en retour. Prends ces sourires comme des cadeaux précieux.

La seconde est celle de parler à des inconnus et d’essayer de garder la conversation le plus longtemps possible.

La troisième concerne les mendiants et les sans-abris. Paul Auster demande à Sophie Calle de ne pas les oublier, de penser aux autres plus qu’à elle-même.

Je ne te demande pas de réinventer le monde.

Fais des provisions de pain et de fromage, prépare des sandwichs et chaque fois que tu vois quelqu’un qui a faim dans la rue, donne lui un sandwich.

double-game-012-900x500

Enfin la quatrième et dernière instruction est celle d’adopter un lieu.

Il n’y a pas que les gens à New York qui sont négligés. Les choses aussi le sont. Choisis un coin de ville et fais comme si il t’appartenait, nettoie-le, embelli-le. Vas-y tous les jours, à la même heure, restes-y une heure et note tout ce qui passe. Souris aux gens qui viennent, parle-leur, et si tu ne sais pas quoi dire parle-leur du temps. 

Sophie Calle fit le choix d’une cabine téléphonique en mauvaise état, la relooka et y installa des chaises pour en faire un lieu de partage. double-game-015-900x500double-game-013-900x500 Dans cette oeuvre, biographie, autobiographie, fiction et autofiction, tout se mélange. La vie réelle et la vie fictionnelle se confondent, s’inspirent mutuellement. Au travers de ses expérimentations personnelles et du personnage créé par Paul Auster, Sophie Calle écrit une part de son histoire. Une histoire où le je(u), l’expérience ludique et l’imaginaire occupe une place importante.

 

This entry was posted in rapport3 Exposition de soi 2014. Bookmark the permalink.