Rapport n°3 – Revolution / Evolution de l’écriture de soi.

Ecriture par la photographie.

 

L’écriture de soi, le récit de son être, de sa vie, de ses pensée, peut se faire de bien des manières. Que ce soit par l’autobiographie, l’autoportrait, le journal intime, le réseau social… Chacun écrit, quelque part, un bout de son histoire. Mais l’écriture de soi peut aussi passer par l’image. Si l’on cherche a inscrire sa vie, ses actes, la présence de son physique, de son visage, est aussi très présent.

Si l’on remonte dans le temps, la photographie à, des son apparition, chercher a capter le visage humain. Pour laisser une trace, avoir quelque part l’image de sois, une écriture picturale de sa personne. Et avec l’ouverture de la photographie aux amateur, ce phénomène c’est encore accentué : Photo de famille, de soirée, de vacances, chacun raconte son histoire personnelle a travers des photos. Comme une autobiographie entière tenant dans une seule image.

Puis, avec l’apparition des smartphones, la photo est arrivé a son paroxysme de l’instantané, et chaque moment de vie devient propice a une photo, a une petite écriture numérique et picturale de l’instant. Et avec le selfie, a une écriture de soi, a la minute, a l’instant même.

Et cette écriture se communique. Elle ne tient plus du journal intime ou de la photo de famille. Elle devient publique, elle est publiée, envoyée, montrer. L’écriture de soi devient une entité a partager, un moyen de communication.

 

A force, nous ne véhiculons plus tant une écriture de nous même, mais l’image que l’on souhaite en donner. La surenchère de photos amène au complexe, et a dénaturer le soi pour le plier aux exigences extérieurs. Les réseaux sociaux, et la télévisions, amènent notamment a se résultat, du moi trafiqué pour ressemblé aux critère commun. L’écriture est modifiée, loin de la sincérité du journal intime.

 

L’art, lui, a conservé le mode d’expression de soi photographique comme la retranscription de l’être, avant le paraître. Le le portrait artistique reste porteur de message, d’une identité propre au modèle. Le photographe cherche a capté la singularité du modèle, a figer sa personnalité en une photo.

 

La photographie, sous ses multiples formes et usages, est donc pour moi une forme d’écriture de soi privilégiée, passant par l’image pour compléter les mots. A travers ses différents aspects, la photo garde donc une trace de l’identité humain, et en est donc une écriture graphique complexe.

 

 

This entry was posted in rapport3 Exposition de soi 2014. Bookmark the permalink.