Solo weeding rapport 4

Solo weedding par Haru Otani.

Solo Weeding est une Œuvre Haru Otani . C’est une représentation de danse qu’elle interprétât d’avant nous dans le cadre du cour.
L’artiste arrive devant nous en tenue de mariée , bien que le contraste soit flagrant avec ses chaussures qui sont des basket de type nike.Ces basket sont  surement là pour rendre le travail plus facile à la danseuse, cependant on peux leurs trouver une interprétation scénique: le factice. Ces basket nous indiquent qu’il y à quelque chose qui cloche, une    chose qui dérange dans ce mariage.  La danseuse entre sur scène et se place dos au public , en face des vitres opaques .C’est tout simplement pour se préparer mentalement au spectacle qu’elle va produire. Cependant on pourrais trouver une autre signification en lien avec le mariage: la préparation de la mariée.  En effet le fait de se mettre de dos est signe de préparation , d’autant plus que l’artiste est face à la glace, qui signifie un miroir , comme si elle se maquillais ou plutôt se préparait avant le mariage. Elle se coiffe d’ailleurs devant nous , elle toujours face au miroir. Elle se met ensuite à sautiller  avec le palmier sur la tête qu’elle vient de se faire. C’est un signe de joie enfantine, et surtout d’impatience .
Enfin elle se tourne vers nous. C’est une grande étape car c’est le signe qu’elle affronte le Mariage. Car oui ici le mariage est parfois vécu comme agréable mais il est aussi une lutte et un combat pour la jeune fille qui nous est présenté à travers l’artiste. Elle est donc tourné vers nous et se courbe d’un coup quand la musique  typique du mariage commence. Dans cette courbette , il y à beaucoup de chose à analyser. C’est un mariage donc la femme se courbe un peu surement afn de saluer quelqu’un. Car au Japon on se salue de cette manière ( pas de bise ni de serrage de main).
Mais rappelons aussi que la société japonaise actuelle est assez machiste. Les femmes sont assez souvent de par leurs éducation, soumises aux hommes. Bien entendu je ne dis pas que cela est vrai pour tout le peuple japonais, et je ne dis pas non plus que c’est la faute des femmes, je ne suis pas la pour juger , mais pour expliquer. Donc pour revenir à cette courbette, il est possible qu’elle soit adressée à son Mari avec qui elle à surement une distance. Effet , pour une femme japonaise ( la aussi  je ne parle pas de toute la population mais d’une généralité) il est assez mal vu de ne pas être marié avant ses 30 ans. Certaines femmes vont parfois se chercher très vite un mari car elle ne disposent que de peu de temps avant leurs 30 ans. Et il arrive parfois que ce mari qu’elles ait pris à la va vite ne soit pas à leurs gout. On peux retrouver ce sentiment dans la danse de l’artiste, quand elle tourne la tête avec sa main à plusieurs reprise: elle va se marier avec un homme qui n’est pas à son gout et refuse  donc de le regarder. Viens ensuite le temps ou elle tombe au sol, c’est le signe du désespoir. Désespoir face à cette société qui l’oblige à se marier alors qu’elle n’en vois pas l’intérêt, du moins pas pour le moment, mais aussi désespoir concernant celui qu’elle va épouser .
Ce passage au sol est très important car on voit les différentes motivations de l’artiste.Que veux elle nous montrer?  Elle veux nous raconter l’histoire d’une femme en proie au désespoir face à la société qui l’a élevé pour le bonheur des Hommes, et non pour son propre bonheur. Elle se cherche au sol , elle essaye de remonter car elle veux sortir de cette mauvaise passe, mais malheureusement la société la presse trop et elle finis par retomber alors qu’elle s’était relevé . Cette fois , elle retombe sur le dos, signe qu’elle est vaincue. Mais elle continue à se débattre au sol.Elle danse alors assise, alternant mouvement pres du sol eet mouvement d’aspiration vers la hauteur.Enfin, elle se relève dans un mouvement de danse, c’est la réponse à la question , comment faire pour s’en sortir. Pour Haru  Otani, il faut danser.C’est comme cela qu’elle s’est libéré. Et c’est comme cela qu’elle retourne affronter la société dans laquelle elle à du vivre. On voit qu’elle continue ce combat du mariage quand elle reprend les mêmes mouvements qu’au début.
CC
On peut aisément dire que Haru Otani nous propose une vision du mariage comme illusion et désillusion. La petite fille qui est en elle rêve de se marier à une personne qu’elle aime , mais faute de la trouver, et faute de la société qui la presse et de son jugement, elle n’atteint pas son but. Elle se doit donc de se marier quand même, seule, avec un partenaire imaginaire qui l fait rêver , puis qui lui apprend le réel, qui lui montre la désillusion en devenant ce monstre de société, ou se mari qu’elle à pris en vitesse, et que peut être elle n’aime pas. L’artiste nous montre que le moyen, pour elle , de se sortir de ce mauvais pas, et de pouvoir combattre, c’est la danse.

This entry was posted in rapport4 Exposition de soi 2014. Bookmark the permalink.