Rapport n°4 : Analyse et interprétation de l’oeuvre « Double vie » de l’artiste Reiko Nonaka.

Pour ce quatrième rapport, au sujet libre, j’ai choisi de me pencher sur la série de photographies de Reiko Nonaka intitulée Double vie.

Reiko Nonaka est une photographe japonaise née à Nagasaki. Après des études en enseignement ménager afin de devenir professeur, elle devient finalement ingénieur en système informatique à Osaka mais commence à côté des études de photographies.
Afin d’approfondir son travail photographique, elle s’installe à Paris en 2005, où elle étudie l’histoire de l’art à la Sorbonne, puis est diplômée d’un master en photographie et art contemporain à l’université Paris 8.

Reiko Nonaka réalise la série de clichés Double vie entre 2010 et 2014, il s’agit de photographies de jumeaux, dans des pauses quasi identiques, et tenant leurs objets fétiches.
Il faut savoir que Reiko Nonaka est elle-même jumelle, et cherche à travers ces clichés la connexion unique qui lie des jumeaux entre eux.

23_img0827m16pclaudinetherese-7Double vie 23_img6418m11pyumikokumiko Double vie
Lors d’un interview en 2010 elle déclare :
«  Je suis jumelle donc je comprends très bien cette relation spéciale. Il ne s’agit pas d’un parent ni d’un frère, ni d’une sœur mais ma sœur jumelle est une partie de moi-même. Si je fais de la photographie c’est peut- être parce que je suis jumelle. Nous sommes un reflet l’une pour l’autre, comme un miroir. La photographie est aussi une sorte de reflet… Mais j’ai besoin de chercher encore à approfondir cela. J’aimerais poursuivre ce thème toute ma vie… »

Reiko Nonaka explore le thème du reflet, extrêmement traité en photographie, à travers celui de la gémellité qui la touche de près. Elle joue de la presque symétrie, des similitudes mais aussi des différences qui unissent deux jumeaux.
Elle réalise ainsi une sorte d’autobiographie, pousse sa réflexion sur sa propre vie, et nourrie ce lien si précieux qu’elle a avec sa jumelle.

This entry was posted in rapport4 Exposition de soi 2014. Bookmark the permalink.