Newspaper woman – Peace Road – Performance de Miyuki Nishizawa.

Miyuki Nishizawa a réalise une performance à Paris 8, le 15 avril 2015. Artiste contemporaine japonaise, elle fait partie des successeurs du mouvement Gutai. Son œuvre se nomme Shinbunna ou Newspaper woman.

C’est lors d’une interview avant sa performance, qu’elle nous a présenté son travail et révélé l’entendu de son parcours artistique et de ses performances qui sont des plus impressionnantes. Dans ses performances, elle est vêtue de papiers journaux. Elle nous révèle que son travail est vraiment manuel et qu’elle utilise en moyenne plus de deux cent papiers journaux pour ses œuvres. Avant d’entrer dans le monde de l’art, Miyuki Nishizawa travaillait dans la mode.

Elle est invitée dans de nombreux pays pour réaliser des performances.

À New-York, elle a réalisé une performance avec une robe mesurant plus de 30 mètres de hauteur. Elle était donc suspendue et avait très peur durant sa performance. La performance s’était déroulée en hiver afin qu’ils ne pleuvent pas.

Son maître s’appelait Shôzo Shimamoto. Ce dernier était membre du mouvement Gutai et est mort juste avant l’exposition qu’elle a présentée. Cette représentation était aussi une façon de lui rendre hommage. Elle a également réalisé une performance lors d’un congrès sémiologique au Japon. Elle fait aussi beaucoup de workshops. Dans son travail, on retient une autre alternative, celle du recyclage aves la réutilisation de papiers journaux qui sont voués à être jetés après avoir été lus. Les papiers journaux prennent une autre fonction dans ses performances, celle de vêtir. Sa démarche originale permet de leur donner une seconde vie.

Elle a réalisé une performance dans un temple et pour un mariage. Lors du mariage, tous les invités et les mariés se sont pris aux jeux et étaient donc vêtus de costumes en papiers journaux.

Lorsqu’elle a débuté sa performance dans la salle, ses assistants l’ont aidé à mettre son

IMG_20150415_132702797costume réalisé avec des papiers blancs. Durant sa performance, elle envoyait, projetait des rouleaux de papier toilette dans toute la salle afin de décorer l’espace, le lieu en l’intégrant a son œuvre. C’est sur une musique japonaise et vêtue d’une longue robe et d’une fleur blanche recouvrant sa tête qu’elle se mit à danser.

Un chemin de la paix a été par la suite réalisé avec la partition des étudiants. Nous avons ainsi fini par réaliser un parcours de papier journaux et permis à Miyuki Nishizawa de défiler dans l’université.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.