Exposition de soi à travers l’écriture de soi et la performance- rapport 3

Exposition de soi à travers le temps 

Beaucoup d’artistes se prennent eux-même en tant que modèle car cela ne leur coûte rien et ils ne dépendent pas de quelqu’un. Certains artistes exposent même leur vie privée. Dans quel but ? A quelle fin ? Comment transforment-t-ils leur quotidien en objet d’Art ? Nous allons voir que l’idée du journal intime est très présent. Mais aussi que le temps est une notion fortement abordée. Nous avons eu l’occasion de voir les oeuvres de Sophie Calle, une artiste française qui à travers ses travaux cherche son identité. Par exemple Rachel,Monique (2012) présente la vie de sa mère plus précisement ses journaux intimes. Douleur exquise est un ouvrage dans lequel elle a réunie des écrits des moments les plus douleureux de ses proches au moment où elle a subit une rupture difficile. Dans ces deux cas, on peut y voir une sorte de thérapie personnelle, un moyen de faire un deuil et de relativiser. Pour elle, raconter un moment de sa vie aide à prendre du recul et de comprendre certaine chose avec le temps. Dans ces deux cas, elle ne tire pas de conclusions, elle les garde privées.

D’autres ont utilisé leur image ou vie comme passe-temps. Le temps comme sujet central de leurs oeuvres. Par exemple Roman Opalka a crée une série d’autoportraits pour rendre visible et matérialiser le temps. On Kawara  lui interroge l’existence. Dans tous ses travaux ils marquent le souvenir. Ils cherchent à laisser une trace de son passage et ne pas oublier des faits. Ces oeuvres ne sont pas à but thérapeutique, ni en quête de quoi que se soit mais un témoignage de la vie. Ces trois artistes que nous avons pu voir s’exposent personellement à travers le temps dans des buts différents. 

This entry was posted in exposition de soi 2019 rapport 3. Bookmark the permalink.