Médias mobiles et création littéraire.

Le monde entier devient mobile. Téléphones, ordinateurs et périphériques multimédia s’intègrent maintenant dans nos poches et peuvent nous connecter à une variété de sources d’information et permettre la communication presque partout où nous allons. Il y a un intérêt Universel considérable dans l’exploitation et l’abondance de ces technologies pour leur utilisation pédagogique et même le développement littéraire.

Maintenant il est plus courant de trouver des écrivains avec un Ipad ou un Note-pad en train de prendre des notes pour ses prochaines œuvres, ou même les rédiger directement dans ce type de dispositifs pour que ses éditeurs puissent réviser le texte en temps réel. Mais tous ça pose une série de questions telle que l’authenticité de l’écrivain, et la véracité de la parole écrite dans un moyen diffèrent au papier.

Si l’évolution de l’écriture sur pierre à l’écriture sur papier était déterminante pour l’avance du savoir et des lettres, entre le papier et les dispositifs électroniques existe toujours un certain résistance à l’avance du au changement de support.

Les technologies mobiles sont de plus en plus intégrés, omniprésent et en réseau, avec des capacités améliorées pour de riches interactions sociales. Ces technologies sont en train d’avoir un grand impact sur l’écriture. Qui se déplace de plus en plus en-dehors  du bureau de l’écrivain  et dans les environnements de la lecture, à la fois réels et virtuels, devenant ainsi plus accessible, personnel, et même collaboratif.

Il existe un défi, qui sera de découvrir comment utiliser les technologies mobiles pour transformer l’écriture et un moyen plus interactif dans la vie quotidienne au point qu’il soi reconnu comme un moyen littéraire sans besoin d’utiliser l’impression sur papier ; car si c’est vrai que la société japonaise a développé un nouveau domaine pour l’écriture dans les dispositifs mobiles, les éditeurs finissent toujours par imprimer  sur papier cette production électronique.

En France le marché des E-books c’est développé aussi ces dernier années, mais pour considérer ces textes comme œuvres littéraires ils ont du être avant imprime sur papier.

REYES Arsenio / 12.314.421

This entry was posted in Rapport 3 21/11/2013. Bookmark the permalink.