Rapport 2

Il ne doit pas nécessairement avoir une influence. La façon dont nous écrivons, je pense, peut souvent être influencée par notre idée de ce qu’est un journal personnel devrait ressembler. Il serait comme si nous imitons quelqu’un, que nous avons une idée présupposée à ce sujet. Je crois que nous pouvons exercer et pratiquer notre expression pour le rendre plus vrai à notre voix indépendante. Je pense que si quelqu’un n’imite, alors il est fait pour le public, il est fait pour être vu par quelqu’un, et l’écrivain veut être perçu comme un objet ou une œuvre d’art plutôt que d’un être humain. Ce ne serait pas rendre le journal personnel mais fictif. Je crois, c’est une lutte pour arriver à ce point où l’écrivain a acquis la translucidité et de parler sa vérité et la rendre publique.

Mise en ligne donne encore l’écrivain la possibilité de l’anonymat dans ce cas, je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit de changer la manière de la façon dont on écrit. En fait, je pense, ce serait plus facile de se débarrasser de la camouflage masqué que l’auteur pourrait être aux prises à jeter.

Je pense que si un journal personnel est écrit pour être exposée, alors je suppose que c’est une question de comment l’écrivains se soucie de lui-même . Auto-jugement est une faculté de notre esprit qui nous fait réfléchir sur nous-mêmes et ce que nous faisons. Si cette voix est réduite au silence, il n’a pas vraiment une différence si nous faisons l’expression privé ou public, parce que les sujets sont les mêmes – nos émotions personnelles.

This entry was posted in création littéraire 2014 rapport 2. Bookmark the permalink.